7 virées en train pour redécouvrir la France

un train passe sur un viaduc dans un paysage de collines verdoyantes en automne

« Ce n’est pas la destination qui compte, mais le voyage » écrivait un bon copain sur son Skyblog en 2006. C’est un peu ce qui a inspiré Juliette à écrire l’excellent Slow Train : 30 idées de virées ferroviaires qui invitent à prendre le temps de découvrir des coins que le TGV et l’autoroute tiennent souvent trop éloignés de nos mirettes ahuries. En empruntant ces trains, on traverse l’Auvergne ou le Jura, on longe la Méditerranée, la Loire ou les gorges de l’Allier, on s’échappe de Paris par le Vexin ou le vignoble champenois… Mais surtout, on évite de demander le code du wifi : c’est un coup à se faire débarquer en gare de Trifouilly-les-Oies !

La traversée du Jura

Pour découvrir le Jura, on pense plutôt au ski de fond, aux raquettes ou simplement à une bonne paire de pompes de rando. Mais on aurait tort de passer à côté du train ! On vous la fait courte : 36 tunnels, 18 viaducs, une multitude de virages en épingle… Ça donne un paquet de panoramas vertigineux, visibles uniquement depuis la Ligne des Hirondelles qui survole le Jura au péril de nos rétines.

Ça va grimper sec ! – ©Jack Carrot / Dole Tourisme

Infos pratiques

  • De Dole à Saint-Claude (2h30 environ)
  • Arrêts coup de coeur : Fort-du-Plasne et Saint-Laurent-en-Grandvaux pour rejoindre l’itinéraire de la Grande Traversée du Jura. Morbier pour le fromage et le petit air de Yukon qui y flotte l’hiver.
  • Vélo : oui (gratuit)

De l’Atlantique à la Méditerranée

Pour rallier Bordeaux à Marseille, on a le choix entre le TGV qui passe par Paris et l’Intercités qui trace la route à vol d’oiseau. Sur ce coup là, pas de débat : on suit les piafs ! Mais si on préfère ce trajet, c’est surtout pour la bouffe : de Sète à Toulouse en passant par Carcassonne et Béziers, on a droit à une avalanche de bouillabaisse, de figues fraîches, de soupe d’ail et de cassoulet.

Le Grand Bleu – ©Maël Balland

Infos pratiques

  • De Bordeaux à Marseille (6h environ)
  • Arrêts coup de coeur : entre Carcassonne, Béziers et Sète, notre cœur balance ! Près de Sète, le train traverse l’étang de Thau, superbe et connu pour ses huitres.
  • Vélo : oui (option à 10 euros)

La vallée de la Loire

Votre microaventure, si vous l’acceptez : longer le dernier fleuve sauvage d’Europe en alternant virées à vélo, visites de châteaux et dégustations de jus de raisins fermentés. C’est périlleux, mais l’Interloire sera votre meilleur allié pour embarquer/débarquer à votre guise et vivre dans les meilleures conditions cette orgie de patrimoine mondial de l’Unesco.

La Loire est un long fleuve tranquille (l’été) – ©Black&Wood

À lire aussi 👉 Longer la Loire à vélo jusqu’à la mer

 

Infos pratiques

  • D’Orléans au Croisic (4h30 environ)
  • Arrêts coup de coeur : Blois-Chambord pour le château royal, Saumur pour le château médiéval, Angers-Saint-Laud pour le château d’Anjou, Nantes pour le château des ducs de Bretagne… N’oubliez pas non plus les caves !
  • Vélo : oui (gratuit). De supers rames “Jumbo Vélo” ont été créées spécialement pour les bikers.

La traversée du Massif Central et des Cévennes

Attention, on va la jouer un peu chauvin… Mais ce train est à lui tout seul une ode à la France sauvage et aux bijoux que recèlent ses régions les moins fréquentées ! Des berges de l’Allier à l’ascension de gorges sinueuses creusées dans la roche volcanique, les paysages qui défilent par la fenêtre donnent une furieuse impression d’être branché.e sur Ushuaïa TV pendant tout le trajet.

Jamais vu une aussi grande télé ! – ©Juliette Labaronne

Infos pratiques

  • De Clermont-Ferrand à Nîmes (5h)
  • Arrêts coup de coeur : Langeac et Monistrol-d’Allier pour une virée en canoë ; La Bastide-Saint-Laurent-les-Bains pour une rando de 3h jusqu’aux sources de l’Allier (GR70).
  • Vélo : oui (gratuit)
  • Bon à savoir : pensez au billet Evasio’ à 1 EUR (valable pour les destinations en Occitanie).

À lire aussi 👉 10 livres d’aventure à lire absolument

Le vignoble champenois

Amis Parigots, ce train vous offre un week-end slow sur un plateau. La Marne coule le long de son trajet comme le champagne dans un gosier. On déambule entre les vignes, on achète du Brie à Meaux, on rejoint les domaines à vélo, on explore les vieilles caves et l’été on plonge dans la rivière !

C’est par où la sortie ? – ©Black&Wood

Infos pratiques

  • De Paris Est à Epernay (1h20)
  • Arrêt coup de coeur : Château-Thierry pour sa vieille ville, la vue sur la vallée de la Marne et les nombreuses caves de champagne dans les alentours.
  • Vélo : oui (gratuit sur TER, sur Transilien aussi sauf heures de pointe).

À lire aussi 👉 Aller chercher du Brie de Meaux à vélo

La Baie de Somme

Depuis Paris, on trace à travers les longues plaines picardes pour atteindre la Baie de Somme : ses bancs de sable, ses milliers d’oiseaux migrateurs et ses phoques qu’on peut observer en kayak. C’est aussi le royaume du vélo, avec un super réseau de pistes bien balisées. Si vous arrivez quand même à vous perdre, laissez tomber Google et demandez aux locaux !

Plus de place pour mettre sa serviette ! – ©Stéphane Bouilland

Infos pratiques

  • De Paris Nord à Noyelles-sur-Mer (2h)
  • Arrêt coup de coeur : à Abbeville, on pédale sur l’ancien chemin de halage vers le petit port de Saint-Valéry et ses ruelles médiévales.
  • Vélo : oui (gratuit)
  • Bon à savoir : le train à vapeur de la Baie de Somme est une fierté locale et on comprend pourquoi. Y monter, c’est faire l’expérience d’un saut 100 ans en arrière !

À lire aussi 👉 Observer les animaux : mode d’emploi

De Paris à Lyon

Comme le dit Juliette dans son bouquin, monter à bord de ce Corail non-climatisé c’est toucher du doigt ce que la France fait de mieux avec « sa sainte trinité patrimoine-gastronomie-paysages de carte postale ». Sur le trajet de cette ligne qui continue de circuler tous les jours malgré le TGV, il est bon de prendre son temps… Dire qu’un jour on va se taper l’Hyperloop !

Saône Saint-Denis style – ©Guillaume Robert-Famy / Bourgogne-Franche-Comté Tourisme

Infos pratiques

  • De Paris Bercy à Lyon Part-Dieu (entre 4h30 et 5h15)
  • Arrêts coup de coeur : Migennes, pour rallier Dijon à vélo par le canal de Bourgogne. Tonnerre, Montbard et Dijon permettent d’accèder au grand tour de Bourgogne.
  • Vélo : oui (gratuit)
Vous en voulez encore ?