Observer les animaux près de chez soi : 8 astuces pour voir le loup

Observation d'une biche en forêt depuis un affût

Vous cherchez des conseils pour observer les animaux ? Ça tombe pile poil, parce qu’il y a du monde dans les forêts et les montagnes près de chez nous ! Chevreuils, sangliers, cerfs, blaireaux, renards, lièvres, sans oublier toute une tripotée de chauve-souris, d’oiseaux et de reptiles… La plupart ont en commun de se cacher ou de décamper dès qu’ils nous sentent, nous entendent ou nous voient arriver : on s’en rend compte en hiver quand on apprend à reconnaître les traces d’animaux dans la neige fraîche. Malgré tout, en adoptant l’état d’esprit et les astuces d’un.e vrai.e copain.e des bois, il est facile de se faire oublier et de voir la vie revenir comme si nous n’étions pas là. Aller en forêt observer des animaux, c’est accepter de vivre au rythme de la nature en faisant preuve de patience, et de ne pas déranger en se faisant accepter dans un spectacle qui se déroule d’habitude dans notre dos. Voici nos meilleurs conseils pour avoir la chance d’observer nos amis les animaux !

Le meilleur moment pour observer les animaux en forêt

L’observation des mammifères est très liée à leur rythme biologique et notamment à leur période de reproduction. Pour le cerf, très timide toute l’année, la meilleure période est définitivement celle du brame. Le chevreuil s’observe bien au moment de son rut en juillet. De manière générale, la période de la chasse (fin septembre à fin février) n’est pas idéale. Les jours de chasse changent en fonction des départements : renseignez-vous sur le site de l’ONF (Office National des Forêts). Sinon au lever et au coucher du soleil. Si vous préférez être accompagné par un pro pour avoir toutes les chances d’assister à cette expérience hors-norme, c’est ici que ça se passe.

conseils pour observer les animaux - cerf
Salut, ça biche ? – ©Quentin Dr

Les animaux cherchent à nous éviter : ils dorment la journée et se nourrissent la nuit. Le matin et le soir (entre chien et loup) sont donc les meilleurs moments pour les observer alors qu’ils se déplacent entre leur zone de dodo (remise) et de miam miam (gagnage).

Les chevreuils sont plus visibles dans la journée : ils ont un petit estomac et doivent se nourrir toutes les 2h. Les cerfs sont des ruminants et digèrent pépères jusqu’au crépuscule.

Après la pluie, les animaux sortent souvent pour se sécher et profiter de la végétation humide qui leur permet de boire et manger en même temps ! Maintenant qu’on a posé les bases, c’est parti pour les conseils essentiels en termes d’observation de la faune.

Les différentes techniques d’observation des animaux en forêt : l’approche et l’affût

L’approche

Ca signifie aller à la rencontre, à la recherche de l’animal. On reprend ici un instinct de prédateur en avançant tout doucement vers sa “proie”. On s’arrête très souvent pour écouter et aiguiser ses sens un maximum ! L’approche convient bien à l’observation des mammifères mais fonctionne beaucoup moins avec les oiseaux qui ont la vue plus aiguisée. Paradoxalement, s’ils perçoivent un mouvement les herbivores (chevreuil et cerfs notamment) sont moins méfiants que les prédateurs (renards) qui ont les sens plus affûtés et déguerpissent directement.

homme à jumelles qui observe les animaux
Encore un qui va rentrer broucouille – ©Jérémie Villet

L’affût

Il s’agit de se fondre dans la forêt sans bouger. Ca peut être aussi simple que de s’asseoir au pied d’un arbre et de laisser la vie revenir autour de soi. Sans smartphone pour détourner son attention, on est alors concentré à 100 % sur le spectacle qui s’est remis à fonctionner autour de soi. Une autre option consiste à fabriquer une cabane avec des feuillages ou d’utiliser un filet de camouflage. Pour positionner son affût, on va se demander : “si j’étais un animal, où est-ce que j’irais manger ou me reposer ?“. Par où est-ce que je passerais pour aller d’un endroit à un autre ? Affûter, c’est accepter de prendre du temps pour se connecter à la nature en se donnant l’opportunité de l’observer… comme si on n’était pas là ! 

Ne pas être senti.e

On évite l’aftershave qui sent à 3 km. L’odorat est le principal outil sur lequel peuvent compter les mammifères pour repérer un danger. Pas comme les oiseaux qui ne sentent pas plus loin que leur bec ! Avant de vous rendre en forêt, évitez donc de vous asperger de toute odeur artificielle (parfum/ déo) sous peine de vous faire directement tricard.

renard
Ça sent la cocotte par ici – ©Jérémie Villet

Déplacez-vous systématiquement contre le vent, afin que votre odeur soit portée derrière vous. Il y a plusieurs techniques pour déterminer d’où vient le vent :

  • À la Pocahontas : le sentir sur son visage ou ses oreilles
  • À la Clint Eastwood : observer la flamme d’un briquet
  • À la Rafiki : jeter des brins d’herbe en l’air
  • À la Titeuf : souffler des bulles de savon
  • À la Lucien Bramard : mouiller son doigt et le lever en l’air

Quand on dit qu’on donne les meilleurs conseils pour observer les animaux ! C’est pas du flan.

Ne pas être entendu.e

Il faut être discret comme une hyène. Maintenant que vous êtes en place :

  • Parlez un minimum en chuchotant
  • Si vous vous déplacez, faites-le tout doucement en regardant vos pieds un maximum pour éviter de faire craquer des branches ou des feuilles
  • Arrêtez vous très régulièrement pour écouter les bruits de la forêt
  • Portez des chaussures plutôt que des bottes dont le caoutchouc peut avoir tendance à claquer contre vos chevilles ou vos mollets
  • Si vous portez des vêtements imperméables, soyez vigilants aux bruits provoqués par leurs frottements. Privilégiez des vêtements cintrés à des vêtements amples.
famille de sangliers
Pique-nique en famille – ©Eva Blue

Ne pas être vu.e

Même si leurs principaux outils sont leur odorat et leur ouïe, les mammifères perçoivent également très bien les mouvements : déplacez-vous lentement et évitez les mouvements brusques (montrer du doigt par exemple). Ne portez pas de couleurs qui contrastent avec celles de la forêt (jaune ou bleu notamment). Ils voient très bien les contrastes et notamment celle d’une peau blanche sur des couleurs sombres, qu’ils assimilent directement à l’être humain. Pour être vraiment camouflé.e, cachez un maximum vos mains (gants) et votre visage (cagoule, maquillage, foulard, buff).

un faon
J’ai une de ces dalles ! – ©Vincent van Zalinge

Leave the kids alone !

Si vous vous baladez en forêt entre mi-mai et début juin, vous tomberez peut-être nez à nez avec Bambi : la plupart des faons de cerfs et de chevreuils naissent à cette période ! Il ne sait sans doute pas encore marcher et n’a pas pu se carapater en vous entendant arriver. La pire des idées à ce moment là serait de le toucher ou de le prendre dans vos bras : votre odeur le condamnerait à ne plus jamais être approchée par sa maman, qui est sans doute en train de vous observer. Hey ! Chilowers ! Leave the kids alone!

Et voilà, vous avez désormais les meilleurs conseils sous le coude pour observer les animaux !

Vous en voulez encore ?