Les animaux sont des chauds lapins

lapin printemps

À l’approche de la Saint Valentin, on s’est intéressés aux formes d’expression de l’amour chez nos voisins les animaux. Jouisseur.se, grande gueule, frustré.e, fidèle, échangiste, séducteur.rice… : est-ce que les comportements qu’on observe chez nous se retrouvent dans la nature ? Les habitudes amoureuses de ces 12 animaux vont vous surprendre. Liste non exhaustive ! 

Grande gueule comme le cerf 

Pour annoncer que c’est la bonne saison, qu’il est prêt et dispo, chaque animal a sa propre méthode. Les lucioles font du morse avec la lumière de leur abdomen et les cerfs urinent sur leur territoire avant de jouer des vocalises. Face aux autres cerfs, c’est le début d’une battle oratoire. Objectif : convaincre qu’on est le plus fort et le plus intelligent. Si ça ne se règle pas grâce aux beaux discours, ils en viennent aux mains (aux bois en fait). Biche ô ma biche ! 

Attendez, partez pas !

Acrobate comme la libellule

S’il y a bien un animal impressionnant niveau galipettes, c’est la libellule. Il ne s’appelle pas dragonfly en anglais pour rien. Qui n’a pas déjà rêvé d’une partie de jambe en l’air, en l’air ?! Bienvenue dans la vie des libellules : le mâle aperçoit la femelle, l’approche et fait un bout de chemin avec elle. S’il a le go, c’est le 7ème ciel assuré. Madame libellule est néanmoins bien obligée de redescendre sur terre : elle pond ses œufs à la surface de l’eau. En buvant la tasse, il y a donc risque d’avoir des bébés libellules dans notre estomac. 

Oh j’étais à deux doigts de rater mon rencard avec Dominique

Fidèle comme le cygne

Quand vous voyez un cygne, vous en voyez deux ? Pas d’inquiétude : ne changez pas vos lunettes ou n’arrêtez pas la bière de récup’ car les cygnes mènent une vie de couple. Si nous croyons que la polygamie est la règle dans le monde animal afin de maximiser les chances de reproduction, nous nous trompons ! Le castor, le fou de bassan, le pingouin, la girafe, le flamant rose, l’escargot ou encore le corbeau sont d’autres exemples concrets de la fidélité animale. 

À tes côtés, je cours vers le bonheur

Échangiste comme le bonobo

Bon, fini les contes de fées : la monogamie n’est pas la règle absolue dans le monde animal. Parmi les animaux polygames, les bonobos sortent du lot. Pour eux, c’est le groupe qui prévaut. Après, peu importe qui couche avec qui, bien au contraire : le sexe aide à résoudre les conflits du groupe. Ce comportement appelé polygynandrie a en effet de nombreux avantages : il réduit les  rivalités chez les mâles et pour la femelle il pallie à la potentielle infertilité de son partenaire. Pour la progéniture, c’est la garantie d’une meilleure protection et d’une éducation plus riche. Plus on est de fous, plus on vit ! 

Le bonobo, plus proche parent de l’Homme : “J’vous attends !”

Séducteur.trice comme le paon

La polygamie ne veut pas dire que les animaux s’accouplent avec n’importe qui. La danse des oiseaux est à voir absolument sur Netflix pour découvrir ces oiseaux faire la cour. Mais celui qu’on connaît le mieux, c’est le paon, qui gigote même son popotin pour un effet whahou à tomber ! L’objectif de cette parade est d’obtenir le consentement mutuel, mais dans la majorité des cas c’est la femelle qui choisit le mâle. Les piafs ont décidément un tas de trucs à nous apprendre. 

Ggrrrrrrr

Jouisseur.se comme la mouche

Primates, reptiles, poissons, oiseaux, dauphins… Même la mouche jouit ! On ne la regardera plus jamais comme avant. La question fondamentale de l’orgasme animal intéresse les scientifiques depuis au moins les années 1960. Fini la reproduction mécanique et bonjour la jouissance (pour les mâles et les femelles, bonne nouvelle). C’est vérifié : accélération du rythme cardiaque, contractions, spasmes, grimaces, aucun doute sur l’orgasme animal ! Réfléchissez avant d’essayer de l’attraper, Monsieur ou Madame mouche est peut-être en plein orgasme. 

Ça plane pour moi moi moi moi…

Célib comme le rouge-gorge 

Chez certains animaux comme le lynx, la loutre, le jaguar ou l’ours, la vie en solo est privilégiée par rapport  à la vie en couple. Chacun a de bonnes raisons : des raisons pratiques pour la taupe (pas de place dans les galeries), question de caractère chez le koala (faut pas me brusquer), question de survie chez le rouge-gorge (touche pas à mon assiette). Ils mènent une vie célib et se reproduisent. Mais une fois que marmot peut voler de ses propres ailes, chacun reprend sa précieuse indépendance et ciao bonsoir ! 

Depuis que je suis célib’, j’ai une énergie de dingue !

Frustré.e comme le jaguar 

Attention néanmoins aux frustrations potentielles liées au célibat : après une période de disette, le jaguar peut s’accoupler jusqu’à 100 fois par jour quand il s’y remet ! Soyons rassurés, l’accouplement est plus bref que chez les humains. La tigresse annonce sa période de fécondité sans passer par quatre chemins : elle grogne. Une fois sa progéniture assurée, elle demande à papa de déguerpir de peur qu’il dévore ses propres enfants. Inspirant, non ?  

L’hydratation, c’est la clef de la réussite

Patient.e comme l’albatros

Oui, on peut être chaud lapin et fidèle. L’albatros retrouve son partenaire après une année au-dessus des océans et ce jusqu’à leurs noces de Diamant (on vous aide, c’est 60 ans). Il semblerait qu’avec le réchauffement climatique, le taux de divorces chez l’albatros augmente

Je mets la langue ou pas ?

Fêtard.e comme la marmotte 

Mai est le temps des amours pour la “souris des montagnes”. Après 6 mois d’hibernation, on peut comprendre que ça soit la fête ! La parade amoureuse des marmottes ressemble à s’y méprendre à une soirée dans un club à la fin d’un confinement. Tout le monde a les bras en l’air et on sautille en se donnant de petites tapes. Le check est encore de vigueur. La fin on la connaît : elle met le chocolat dans le papier d’alu… 

Bon t’es prêt.e ? On va danser !?

Pragmatique comme la taupe

La taupe fait partie des animaux les plus solitaires. Son célibat vient d’une approche hyper pragmatique : pas de place pour deux dans les galeries. Elle ne prendra pas le risque que tout s’écroule et préfère donc son indépendance. Mâle et femelle s’accouplent une fois par an. Le mâle décolle aussi sec, et les petits partent du nid à la fin de l’allaitement à l’âge de 6 semaines. Chacun sa route, chacun son chemin ! 

Faut vraiment que je fasse le tri chez moi

Explorateur.trice comme le dauphin

Le dauphin, explorateur ? Ce n’est pas une grande surprise au premier abord. On ne parle pas là de l’exploration des mers du globe, mais de toutes les formes que l’amour peut revêtir… Changement régulier de compagnon, homosexualité, utilisation des nageoires et du museau pour procurer du plaisir à ses congénères : comme les primates, le dauphin utilise le sexe pour créer et maintenir un lien social et il s’en donne à coeur joie toute l’année !

Aucune limite dans l’exploration amoureuse !

 

Au fait, c’est quoi votre nom de totem ?

Vous en voulez encore ?