5 idées pour reprendre le trail après un break

Cours Forest ! Si vous n’avez pas beaucoup touché à vos chaussures de trail pendant l’hiver, il est temps de les ressortir. La nature nous facilite la tâche, avec les jours qui rallongent, les températures qui grimpent et les arbres qui fleurissent dans tous les sens. Le trail – la course à pied sur les sentiers – est particulièrement adapté à cette reprise… C’est une invitation à mélanger le plaisir de courir à nouveau, à l’observation des phénomènes magiques qui marquent le retour du printemps. Voici 5 idées pour rendre tout ça encore plus fun et bigarré, frais et bien formé.

Reprendre en douceur

Une coupure hivernale permet à notre corps de récupérer de tous les micro-traumatismes que peut engendrer la course à pied. Une pause annuelle est donc une bonne chose, surtout pour ceux qui courent de manière intensive le reste de l’année. Mais après un break de plusieurs mois, nos muscles et nos articulations ne sont plus habitués au “stress” que leur fait subir chaque entraînement : le risque de blessure est alors largement accentué. Il est donc nécessaire de reconditionner notre carcasse, en réattaquant de manière progressive.

trail mer
Endurance fondamentale on the beach – ©Jean-Philippe Homé-Sanfaute

On vous conseille de suivre la méthode suivante :

  • Commencer par un footing d’environ 20 mn sur un terrain plutôt plat, en endurance fondamentale (l’allure à laquelle vous êtes capable de discuter sans être essouflé•e)
  • Courir tous les 2 à 3 jours pendant 15 jours, en augmentant la durée de 5 mn à chaque séance, en intégrant de plus en plus d’accélérations et de dénivelé
  • Effectuer à ce moment-là un test de VMA (type Demi-Cooper, en toute autonomie) qui vous permettra de calibrer votre entraînement pour la suite
  • Reprendre alors les sorties longues, en commençant par une sortie d’1h15 puis en augmentant cette durée de 15mn à chaque sortie.

Découvrir de nouveaux sentiers

L’application Dérive, c’est une sorte de boussole numérique : on y rentre une destination à atteindre, elle nous indique une direction, une distance et c’est tout. Pas d’itinéraire imposé ou suggéré ! En trail, c’est l’outil idéal pour découvrir de nouveaux sentiers autour de chez soi, plutôt que de suivre les chemins qu’on a l’habitude de prendre. A rebours de toutes les autres applis qui proposent de préparer son itinéraire en détails, Dérive offre la certitude d’arriver à bon port… sans connaître son heure d’arrivée, ni la distance et le dénivelé qu’on va parcourir.

trail printemps
Ne proposez pas à vos enfants d’utiliser Dérive pour se rendre à l’école ©Brian Erickson

C’est parti mon kiki :

  • Téléchargez Dérive et faites le vide dans votre agenda de la journée
  • Indiquez une destination : on vous conseille de viser un point proche de transports en communs pour anticiper le retour à la maison
  • Chaussez vos baskets, embarquez votre smartphone et de quoi vous ravitailler : vous ne savez pas combien de temps pour serez parti•e !

Aller chercher une spécialité régionale

Vous êtes des centaines à être déjà aller chercher un Brie de Meaux à vélo depuis Paris après avoir trouvé l’idée dans le guide Chilowé Paris ! Le principe de ce genre de défi qui mêle sport et bonne bouffe est simple et peut se reproduire en trail, partout en France. Il suffit de spotter une spécialité régionale près de chez vous et de rentrer l’adresse d’un endroit où l’acheter, dans l’appli Dérive (cf ci-dessus) ou dans Komoot. Prévoyez des sous pour payer votre gourmandise et un sac pour la rapporter !

trail bretagne
La bouteille de cidre ? Elle n’a pas fait long feu – ©Jean-Philippe Homé-Sanfaute

Le maestro de la sueur et des desserts, c’est JB Martinon alias Baba au Run. Il livre des pâtisseries en courant partout dans Paris et il a relevé un paquet de défis partout en France. Il est par exemple allé apporter un Paris-Brest au maire de Brest à vélo depuis Paris, livrer une Rocaille (meringue au cœur de noisettes grillées) au sommet du Mont Ventoux ou encore livrer un Flan et un Saint-Honoré (pâtisserie à base de crème Chantilly, de crème chiboust et de petits choux glacés au sucre) à Conflans-Saint-Honorine…

S’inscrire à une course de trail

Une fois que la reprise est bien entamée et que vous commencez à nouveau à chatouiller le chrono, il est temps de vous fixer un objectif croustillant. Quoi de mieux que d’aller se mesurer à des dizaines d’autres coureurs ? Nous, on a rien trouvé de mieux pour donner un sens aux entraînements qu’on s’impose tout seul dans notre coin. Une date, un itinéraire, un dossard, une ambiance de teuf en plein jour : le principe est simple et ça donne envie de se bouger les fesses toute l’année, pour arriver le jour J avec le sourire aux lèvres et le couteau entre les dents.

trail foret
Vert l’infini et au delà – ©Jean-Philippe Homé-Sanfaute

Voici quelques idées de courses 100% Chilowé :

  • Le Trail des Bastides : à la découverte de la Dordogne et de ses cités médiévales le long de sentiers romains (44 km). Dordogne, mai.
  • Le trail de l’Orangerie : une course 100% nature sur les sentiers de la Vallée de Chevreuse (16,5 km et 37,5 km). Ile-de-France, juin.
  • L’Ultra Champsaur :  rendez-vous dans une vallée des Alpes cernée de sommets enneigés. (5 à 57 km). Hautes-Alpes, juillet.
  • L’Ultra Marin : le plus long des ultratrails bretons forme une boucle autour du golfe du Morbihan (34 à 175 km). Morbihan, juillet.

Atteindre le point culminant de son département

On associe souvent le trail à la montagne, tout simplement parce que c’est l’un des plus beaux terrains d’exploration pour les coureurs. Mais affronter du dénivelé ne s’improvise pas, cela nécessite un minimum d’entraînement.  Alors si on habite pas à Gap, à Annecy ou à Tarbes et qu’on n’a pas 2 ou 3 cols sous le coude, il faut improviser avec les moyens du bord. La manière la plus simple et la plus ludique : dénicher le point culminant de son département et construire un itinéraire qui l’affronte une, deux voire dix fois en fonction de sa difficulté !

trail montagne
Lui a priori, il n’habite pas dans la Beauce – ©Brian Metzler

Voici les points culminantes des départements où sont situées les principales villes françaises :

Vous en voulez encore ?