5 phénomènes à observer dans la nature au printemps

printemps

Le printemps, c’est la saison préférée des amoureux, des poètes, des amateurs de terrasses et des fabricants de poum-poum shorts. C’est surtout la période à laquelle la nature se réveille, revigorée par le retour de la lumière et de la chaleur. Si vous n’avez pas trop mis le nez dehors cet hiver, on vous invite à sauter dans vos pompes, à enfiler un petit tricot de peau et à filer dare-dare dans la nature près de chez vous ! Dans les semaines à venir, il va s’y passer un paquet de phénomènes magiques qu’il serait dommage de louper.

La saison des amours et des naissances

Quand la température grimpe et que la lumière vient caresser les poils ou les plumes, nombreux sont les animaux qui crient leur envie de faire des bébés. Les moins discrets sont évidemment les oiseaux, à l’image du rossignol qui a des centaines de mélodies à son répertoire de drague. De leur côté, les grenouilles coassent au crépuscule, les criquets et les grillons stridulent à tue-tête… Du côté des mammifères, la reproduction a lieu entre la fin de l’été et la fin de l’hiver : avec le printemps, c’est donc le moment des naissances qui s’annonce.

Chut, y’a Bambi qui fait dodo ! ©Erika Fletcher

CHILO tip n°1 : nos animaux de compagnie peuvent perturber la faune sauvage pendant la période de reproduction et la saison des naissances. Du 15 avril au 30 juin, il est donc obligatoire de tenir nos chiens en laisse en dehors des sentiers ou des allées forestières. Au pied Brutus ! Si vous tombez sur un petit faon ou levreau, ne le touchez pas : il n’a pas le réflexe de fuir et sa mère est sans doute en train de flipper sa race en vous regardant approcher son bébé.

Le retour des oiseaux migrateurs

Petite mais costaud ! Pour revenir d’Afrique où elle a passé l’hiver, l’hirondelle peut parcourir plus de 10 000 kilomètres et traverser la Méditerranée. L’arrivée de millions d’entre elles en Europe symbolise le réveil de la nature et le retour des beaux jours. Mais elles ne sont pas les seules à venir nicher et se reproduire sous nos latitudes… Huppe fasciée, milan noir, spatule blanche, bécasseau de Temminck, coucou gris, hibou petit-duc : tous viennent passer quelques mois nous ou sont seulement de passage, en transit vers le grand Nord !

Une hirondelle a fait le printemps ©Vincent Van Zalinge

CHILO tip n°2 : pour observer les oiseaux migrateurs, il vous faudra d’abord une bonne paire de jumelles. Mais il vous faudra surtout trouver le bon spot ! Il y en a un paquet en France mais on vous conseille notamment : le Parc du Marquenterre, le Golfe du Morbihan, les étangs de la Brenne, la Camargue ou les Cévennes.

Le réveil des animaux qui hibernent

Pendant que certains reviennent au pays après avoir passé l’hiver au soleil, d’autres sortent d’un long et profond sommeil qui leur a permis de résister au froid et au manque de nourriture. Pour économiser de l’énergie, les marmottes, les loirs ou encore les hérissons ont largement ralenti leur rythme cardiaque et ont vu la température de leur corps perdre jusqu’à 2 degrés. Quand le printemps approche, ils n’ont quasiment plus de réserves de graisse. Ils débouchent alors leur terrier pour en sortir et se mettent rapidement en quête de nourriture. A taaaable !

Good morning world ! ©Jehyun Sung

CHILO tip n°3 : ne confondez pas hibernation et hivernation ! Les animaux qui hiVernent ralentissent leur activité mais leur sommeil reste léger, leur température et leur rythme cardiaques ne changent pas tant que ça. Ils se réveillent beaucoup plus régulièrement que les hibernants pour se nourrir et se déplacer. Parmi ces animaux, on compte en France le blaireau, le raton-laveur, l’ours et… la coccinelle !

Le bourgeonnement des arbres

Les bourgeons ? Ils sont déjà en place depuis la fin de l’été dernier ! Tout l’hiver, ils ont protégé les jeunes feuilles dans leur bourre, un duvet qui les protège du froid et des intempéries. Au printemps, l’arbre se réveille et recommence à absorber l’eau du sol grâce à ses racines. La circulation de la sève qui reprend et la lumière de plus en plus vive provoquent l’éclosion des bourgeons et la croissance des feuilles. Une fois éclos, les bourgeons sont beaucoup plus vulnérables : un épisode de gel peut faire des dégâts considérables, notamment dans les vignes.

La vie, la vraie ©Hansjorg Keller

CHILO tip n°4 : c’est difficile à avouer, mais la plupart d’entre a plus de facilité à reconnaître les logos des marque que les feuilles des arbres… Pour reprendre les choses en main, on vous encourage à utiliser les applications PlantNet ou Clés de forêt. Grâce à ces outils, chaque balade est une opportunité de se coucher moins c*n !

La chute des bois du cerf

On était sur le cul quand on a appris que les cerfs perdent leurs bois chaque année entre février et mi-avril ! Ces organes osseux, différents des cornes, sont vascularisés et peuvent peser jusqu’à 30 kilos… On ne connaît pas leur rôle exact même s’ils servent parfois à se mettre sur la gueule pendant la période du rut et du brame. Une fois tombés au printemps, les bois repoussent jusqu’à 2,5 cm par jour, protégés au début par un “velours” qui tombe à son tour en juillet/ août une fois que les bois ont durci. Année après année, les bois sont plus longs, plus massifs et plus lourds, mais gardent le même nombre de pointes qui varie d’un cerf à l’autre.

Le retour du roi – ©Philipp Pilz

CHILO tip n°5 : a-t-on le droit de ramasser des bois trouvés en forêt ? Oui, si on n’est pas sur un terrain privé clos et qu’on ne se trouve pas dans un Parc National, dans une réserve naturelle ou dans le domaine du château de Chambord. Il faut avoir trouvé les bois par hasard et on ne peut absolument pas les vendre. Ça n’empêche pas un paquet de collectionneurs de quadriller nos forêts en fin d’hiver et au début du printemps pour trouver la perle rare. Pour tout apprendre sur le cerf, partez avec Chilowé !


Partir avec Chilowé

Vous en voulez encore ?