3 jours de ski nordique en autonomie pour découvrir le Vercors

randonnée vercors hiver

Vous cherchez une idée de week-end randonnée dans le Vercors en hiver ? On conseille fortement le ski nordique, une approche plus douce de la montagne, idéale pour découvrir le Vercors en 3 jours à la manière d’un trappeur canadien. Mais attention : c’est une pratique douce pour la montagne certes, mais pas pour nous. Il ne va pas falloir être mou du genou, mais ça vaut carrément le coup ! Allez, on signe direct pour un week-end prolongé en ski de randonnée nordique dans le Vercors cet hiver !

Infos pratiques

  • Durée : 3 jours
  • Saison idéale : Hiver
  • Niveau : Sportif. 30 km en tout. 6 à 7h de rando par jour. Le ski nordique ne demande pas de technicité particulière.
  • Enfants à partir de 18 ans
  • Déniché par : Castor Fougueux
randonnée vercors hiver
Un vrai désert de neige – © Julien Treglia

Récit

Castor s’est un peu fait enfler. Quand son copain Kiki lui a proposé une virée en ski de randonnée nordique dans le massif du Vercors, il a plus entendu ski que randonnée… Alors effectivement, on parle moins de glisse et d’adrénaline que de sueur et d’effort mais c’est quand même le moyen idéal pour découvrir des endroits sauvages en donnant de sa personne !

randonnée vercors ski nordique hiver
Le Mont-Aiguille tout de blanc vêtu – © Solène Lehuédé

Kiki lui résume le bazar : le ski nordique, c’est une combinaison des chaussures de ski de fond et des carres du ski de rando. On peut tourner, faire des longues distances à plat mais pas monter pendant des heures. Une pratique douce de la montagne qui n’est pas pour déplaire à Castor. En plus, difficile de trouver un meilleur spot que les Hauts Plateaux du Vercors pour s’y mettre !

itinéraire ski nordique randonnée vercors hiver
Allez, on se bouge la couenne ! – © Julien Treglia

L’itinéraire qu’ils ont prévu dessine une boucle entre deux cabanes non gardées. Bien chargés en bouffe et en matériel, ils comptent traîner tout ce bazar dans des pulkas, de grands traîneaux qu’on tire derrière soi. Mais le verdict du loueur est sans appel : pas assez de neige pour les pulkas… Tout doit rentrer dans le sac à dos et que ça moufte pas !

Un abri, des amis, du génépi – © Solène Lehuédé

En chemin vers leur première cabane, ils ramassent une petite réserve de bois pour s’assurer de ne pas se geler les miches toute la nuit. Un feu, une tambouille et au lit : une bonne soirée entre copains ! Le lendemain, ils enfilent des kilomètres de neige sans croiser une seule habitation ou une route qui leur permette de se repérer. Heureusement que Kiki manie mieux la boussole que l’ami Castor !

Ça grimpe sec ! – © Julien Treglia

Au deuxième soir de l’aventure, quand il s’endort dans une nouvelle cabane après avoir siphonné la fiole de génépi, les mots de Sylvain Tesson résonnent dans sa petite tête : « Une journée dehors, c’est une journée à l’abri ».

Jour par jour

Jour 1 – Station du Col de Rousset > Cabane de Pré Peyret

  • 10 km – 3h30

Pour ce premier jour, on passe par le GR93. Votre équipement de ski nordique peut se louer sur place chez Algoud Sport à la station du Col de Rousset. Au moment de louer le matériel, informez-vous auprès du loueur des conditions d’enneigement. Ce sera à lui de vous dire s’il est possible de prendre la pulka ou non. Si c’est non, accrochez-vous, ça va être sportif ! Il faut tout mettre dans le sac à dos.

On peut se mettre dans la pulka ? – © Julien Treglia

Jour 2 – Cabane de Pré Peyret > Cabane de Chaumailloux

  • 20 km – 6h

Comme la veille, c’est une cabane non gardée, donc aucune certitude à l’avance d’avoir de la place. Les cabanes non gardées sont très rustiques : un poêle, une chaise, des lits superposés sans matelas. La pratique à respecter : il faut venir avec son bois. Lorsque vous vous rapprochez de la cabane, 1h avant d’arriver environ, commencez à ramasser du bois sur le chemin (cf le couteau ou la mini-scie). Laissez toujours un peu de bois pour les prochains visiteurs dans la cabane.

Un bon feu de bois, y’a que ça de vrai – © Solène Lehuédé

Jour 3 – Cabane des Chaumailloux > Station du Col de Rousset

  • 15 km – 5h
Un Castor Fougueux levé du bon pied – © Sweet Ice Cream

Accès

  • Gare la plus proche : Die (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Point de rendez-vous : Station du Col de Rousset (Jour 1). En hiver, la route pour monter en voiture au parking de Beure (Col de Rousset) n’est pas salée… Si la route n’est pas franchissable, vous pourrez monter par le seul télésiège de la station. En haute saison, une navette relie la gare de Die à la station du Col de Rousset (info ici).
  • Retour : Station du Col de Rousset (Jour 3)

Idée de budget

  • La location du matériel chez Algoud Sport
  • Les repas

Ce qu’il faut apporter

  • Votre matériel de ski nordique (skis, chaussures, peaux de phoque, pulka)
  • 1 matelas et 1 sac de couchage type 0°
  • 1 pantalon et 1 veste Gore-Tex
  • 1 doudoune, 1 polaire, 1 t-shirt en mérinos, 1 collant, 2 paires de chaussettes
  • 1 mini-scie ou 1 bon couteau pour le bois
  • 1 lampe frontale
  • La carte IGN TOP25 3237 OT
  • 1 boussole
  • 1 équivalent réchaud
  • Du pinard

Et voilà ! Vous savez désormais quel itinéraire emprunter pour faire une jolie randonnée en ski nordique dans le Vercors cet hiver. 

Vous en voulez encore ?