Faire le tour du Beaufortain à terre et dans les airs

tour beaufortin rando

Découvrez jusqu’où Solène est prête à aller par amour pour… le fromage ! Revivez ses trois jours de randonnée dans le Beaufortain accompagnée de ses copains fromageophiles. Spoiler : passage par l’ambitieuse via ferrata du Roc du Vent !

Infos pratiques

  • Durée : 3 jours
  • Saison idéale : Printemps, Été
  • Niveau : Dynamique
  • Déniché par : Buse Intrépide
tour beaufortin rando
© Pauline Le Vexier

Récit

Solène et le fromage, c’est une longue histoire d’amour ! Après des années de vie commune, elle s’est demandé jusqu’où elle irait pour lui. Elle a compris que la réponse était “vraiment très loin” le jour où des copains fromageophiles lui ont proposé une énorme fondue savoyarde et un gros morceau de beaufort si elle affrontait avec eux sa peur du vertige…

tour beaufortin rando
© Pauline Le Vexier

Leur projet pour trois jours : une randonnée engagée dans le Beaufortain, avec un passage par l’ambitieuse via ferrata du Roc du Vent (fermée pour travaux en ce moment). Rien d’insurmontable, mais il y a du gaz ! Le Pont népalais au début du parcours met un beau coup de pression à l’équipe… Autour d’eux, c’est une avalanche de fractures de la rétine avec notamment une vue vertigineuse sur le Lac de Roselend et le mont Blanc.

tour beaufortin rando
© Pauline Le Vexier

Au refuge de la Croix du Bonhomme, l’équipe improvise avec succès un Time’s up à la lumière de la bougie. Solène observe que ceux qui rient le plus sont ceux qui faisaient le moins les malins dans l’après-midi. On lui fait à ce moment-là remarquer qu’elle rigole vraiment très fort. Ça fait du bien de relâcher un peu la pression !

tour beaufortin rando
© Pauline Le Vexier

Le lendemain, c’est 7h de rando au milieu des bouquetins et des marmottes au programme, avec une vue incroyable sur le mythique sommet de la Pierra Menta en arrivant au refuge du Presset. Après une séance de yoga matinale le troisième jour, il est temps de foncer vers le précieux gueuleton qui leur était promis. Avec ce qu’ils ont dans le bide en sortant de table, il n’y a plus qu’à se laisser rouler pour rentrer à Paris !

Jour par jour

Jour 1

  • Parking du Refuge du Plan de Lai > Refuge de la Croix du Bonhomme
  • 2h30 de via ferrata et 4h30 de marche

Pour la première nuit, bienvenue au sobre Refuge de la Croix du Bonhomme : pas de douche et dîner à la chandelle ! Vu sa position idéale au croisement de plusieurs sentiers populaires (Tour du Mont Blanc, GR5 et Tour du Beaufortain), vous devriez pouvoir faire des time’s up avec un paquet de monde ! Capacité de 115 couchages (25€/nuit). Le refuge est gardé de début juin à fin septembre. Munissez-vous toujours d’espèces ou d’un chéquier, en refuge les cartes bleues ne sont que rarement acceptées.

tour beaufortin rando
© Ferdinand Martinet

Jour 2

  • Refuge de la Croix du Bonhomme > Refuge de Presset
  • 6h30 de marche – 800 D- et 1000 D+

La deuxième nuit, c’est le jackpot ! Le Refuge de Presset est aussi beau qu’il est confortable (30 places, douche chaude, 3G, électricité). Il est gardé de mi-juin à mi-septembre et du 1er mars au 30 avril (mais la via ferrata n’est pas accessible sur ce deuxième créneau).

tour beaufortin rando
© Pauline Le Vexier

Jour 3

  • Refuge de Presset > Parking du Refuge du Plan de Lai
  • 4h30 de marche alternance de descentes et de montées

Pour la fameuse fondue savoyarde à midi, précipitez-vous au Chalet du Berger !

tour beaufortin rando
© Ferdinand Martinet

Accès

  • Lieu : boucle autour du Refuge du Plan de Lai (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Gare la plus proche : Albertville

Idée de budget

  • Nuit en refuge : 25€
  • Location matos via ferrata (baudrier, casque, dégaines) : 15€

Ce qu’il faut apporter

  • Des chaussures de rando
  • Short + 1 pantalon
  • 2 t-shirts respirants
  • 2 paires de chaussettes
  • Polaire
  • Veste imperméable
  • Doudoune
  • Couvre-chef + crème solaire
  •  Sac à viande + 1 serviette
  • Paire de gants
  • Paire de lunettes de soleil

Rédigé avec la complicité de la région Savoie Mont-Blanc.

Vous en voulez encore ?