Comment travailler moins mais mieux ?

charlie chaplin

On a vu passer pas mal d’études qui disent que travailler 4h par jour serait suffisant pour être aussi productif qu’en travaillant 8h… Peut-être même plus productif. Quel pied ! On pourrait tous avoir plus de temps pour soi, pour aller vadrouiller en nature ou partir en micro-aventure. À l’occasion du Premier mai, voici des idées pour travailler moins, mais mieux. Acharnés du clavier de tous les pays, fini le « travailler plus pour gagner plus », bienvenue dans l’ère du « travailler moins pour… gagner plus de temps dehors ». 

Le constat : on travaille trop 

La communauté scientifique est unanime  : on n’est pas efficace 8 h par jour, ni même 7 h. Selon Alex Soojung Kim Pang, auteur de Rest : why you get more work done when you work less, il n’y a pas de corrélation directe entre le temps passé à travailler et le résultat du travail obtenu. La loi de Pareto affirme même que 20% des efforts fournissent 80% du travail. Pomme sur le gâteau, travailler trop est mauvais pour la santé, avec un risque plus élevé de développer des maladies cardiaques et troubles liés au stress… Alors que si nous avions plus de temps pour se détendre, nous serions en meilleure forme et donc plus efficace. CQFD. 

Chilowe - travailler 4h par jour
Tu dévisses Charlie !

Chilo Tuto n°1 : Déménager en Suède. Le pays a instauré en 2015 la journée de 6 heures pour les salarié.es. Avec des activités professionnelles concentrées le matin, on garde un équilibre pour le reste des activités ! Et puis une fois la journée de 6h optimisée, pourquoi ne pas passer à 5, puis à 4 ? Pour la semaine de 4 jours, visez plutôt l’Islande.

Respecter notre horloge interne 

Plutôt du soir ou du matin ? Chacun d’entre nous a son propre rythme, déterminé par son métabolisme, ses habitudes de vie, son patrimoine génétique et sa psychologie. On va pas se mentir, on ne peut pas tous choisir ses horaires : selon le métier que l’on fait, notre horloge biologique est modifiée ou mise à mal. Il y a cependant une tendance générale chez l’humain : nous avons deux pics de productivité. Le premier en milieu de matinée : le cerveau s’active progressivement pour devenir très actif jusqu’à 13h en moyenne. Le second, celui d’une productivité physique, cette fois jusqu’à 17h. 

Dans 10 minutes je sors la frontale

Chilo Tuto n°2 : Notre corps serait donc plus apte à réfléchir le matin, faire des tâches nécessitant peu de concentration en début d’après-midi, et réaliser des tâches physiques en fin d’après-midi et en début de soirée. Organisons si possible notre journée en fonction ! 

Faire du deep work

Pour travailler moins mais mieux, Cal Newport, professeur d’informatique à l’université de Georgetown a théorisé la concentration. Le deep work, c’est la capacité à se concentrer sans distraction sur une tâche difficile, tout en permettant de maîtriser des informations compliquées et de produire de meilleurs résultats en moins de temps. À l’inverse, il y a le shallow work, qui englobe toutes ces tâches nécessaires certes, mais qui finalement n’apportent que peu de valeurs à ce qu’on fait, comme répondre au téléphone, consulter nos mails ou recevoir des notifications.  

couverture du livre deep work
On avait que 4h… du coup on a pas trouvé de photo de meilleure qualité

Chilo Tuto n°3 : Essayer de limiter la consultation de nos mails à deux fois par jour à heure fixe, filtrer nos appels non nécessaires et couper toutes les notifications. Il est aussi temps de se débarrasser de nos spams et de se désinscrire de tous ces emails inutiles qui polluent notre boite mail… et de s’inscrire à la newsletter Chilowé si ce n’est pas déjà le cas. 

Déterminer des pauses précises

Afin de garder un équilibre entre travail et micro-aventure, il est important de s’organiser des plages de travail précises, de 8 à 12 h par exemple, ou de 10 à 14h, comme le faisait Darwin. En fait, plus nous sommes réguliers, plus nous nous adaptons à être efficaces sur ces horaires : nous ajustons notre rythme biologique de productivité. Le travail, c’est bien, mais les pauses, c’est mieux ! Notre corps et notre cerveau ont besoin de repos pour mieux fonctionner. 

Chilowe - Pause
Une petite pause bien méritée ?

Chilo Tuto n°4 : Avez-vous entendu parler de la technique Pomodoro ? C’est une technique inventée par Francesco Cirillo dans les années 1980, pour délimiter ses périodes de travail (25 min) et de pause (5 min). Avec cette méthode de fractionné en 25/5, on permet à notre cerveau d’être super productif. 

Ne pas se laisser distraire 

« Sortir la poubelle jaune » « appeler mamie » « prendre rdv chez le dentiste » : vous aussi vous entendez cette petite voix dans votre tête ? On peut être distrait.e par des notifs d’applications, mais on peut aussi être distrait.e par ses pensées. Ayez toujours un petit calepin sous la main pour les noter, ça les fait disparaître comme par magie. Fermer tous les onglets de navigateur peut éviter à la petite voix de se réactiver sur des sujets annexes.

D’un coup, j’y vois beaucoup plus clair

Chilo Tuto n°5 : La musique peut être un très bon outil pour booster la concentration. Les différents players regorgent de playlists dédiées à la concentration. On vous conseille aussi d’utiuliser Freedom, une application qui bloque les distractions web et notifications. 

Aérer votre cerveau 

On ne parle pas forcément de vacances, mais aussi de renouveler son environnement, son travail, ses apprentissages. Il faut comprendre que l’humain n’est pas nécessairement fait pour les tâches répétitives (coucou Ford). Par exemple, si la fatigue se fait sentir, changeons d’environnement : depuis chez nous, chez un.e ami.e, debout, au vert, les options sont multiples ! Autres idées : faire une pause lecture, marcher, courir, sauter à cloche pied… ou tout simplement ne rien faire.

Chilowe, travailler 4h par jour ...
Ça bosse dur au vert

Chilo Tuto n°6 : Boire de l’eau est un excellent moyen pour oxygéner vos cellules et rester concentré.e. Pensons aussi à faire des pauses respiration, avec notamment des exercices de respirations profondes. 

En gros, faisons un peu confiance à notre corps et écoutons-le, c’est un bon compagnon. 

Vous en voulez encore ?