Faire le tour du Grand Ballon en raquettes

A 6h du mat’ un samedi de décembre, Vincent prend la direction du Grand Est avec Benoît, Matthias et Charles. Après 5h de route, un joli morceau les attend : 70 km de rando en raquettes au coeur des Vosges, au milieu des sapins, des épicéas et de la neige…

Infos pratiques

  • Durée : 5 jours
  • Saison idéale : Hiver
  • Niveau : Dynamique
  • Déniché par : Vison Sceptique

 

Faire le tour du Grand Ballon en raquettes
© Charles RD

 

Récit

Plutôt couche-tard ou lève-tôt ? A 6h du mat’ un samedi de décembre dans le métro parisien, Vincent a choisi son camp. Direction le froid du Grand Est avec Benoît, Matthias et Charles qu’il retrouve devant la mairie du 18ème, devant un bar où on s’enquille les derniers verres. Tout le monde ne va pas avoir la même journée !

Eux, après 5h de route c’est un joli morceau qui les attend : 70 km de rando au coeur des Vosges. Là-bas, au milieu des sapins, des épicéas et de la neige qui recouvre le chemin dont ils tentent de suivre la trace en raquettes, difficile de ne pas penser à Radieuse Aurore, le héros de Jack London qui parcourt l’Alaska dans tous les sens en plein hiver arctique !

Faire le tour du Grand Ballon en raquettes
© Charles RD

Vincent et sa troupe ont beau se geler autant les pieds que les bijoux de famille, c’est l’occasion d’oublier les collègues et la machine à café pour se concentrer sur des trucs basiques : avaler des kilomètres, casser la croûte, couper du bois, dormir au chaud. Un soir, le poêle obstrué d’une cabane les empêche d’y faire du feu : une nuit à -5°C, ça remet les idées en place…

Mais pas autant que la paire de claques qu’ils se prennent au sommet du Grand Ballon (1424 mètres) ! La vue dégagé permet de distinguer la forêt Noire d’un côté et les Alpes de l’autre. Pour se remettre de leurs émotions, les quatre trappeurs s’offrent une virée au PMU du village qu’ils traversent en redescendant. Si David Croquette les voyait !

Faire le tour du Grand Ballon en raquettes
© Charles RD

Jour par jour

Jour 1

Dès le premier jour, on enquille ! Après s’être levé tôt et avoir rallié Guebwiller, c’est 3h30 de marche (13km, 1000m D+), pour rallier le refuge Storkenkopf à Saint-Amarin. C’est là la découverte des raquettes en immersion en pleine forêt. On se croirait en Alaska ! Mais là est la récompense : la vue depuis le Grand Ballon (1424m) met une grande claque, et permet de distinguer la forêt Noire d’un côté et les Alpes de l’autre.

Jour 2

Le deuxième jour, on est plus chill. Pour aller à Le Markstein, il faut compter une bonne heure de marche (5,7km). A vous de voir si vous voulez ajouter coupler cette étape avec la précédente ou la suivante, suivant votre motivation. Pour l’hébergement, pas de 4 étoiles : le parcours est jonché de refuges et de cabanes non gardées. Pour ne pas dormir à -5°, il faut être prêt à couper du bois.

Faire le tour du Grand Ballon en raquettes
© Charles RD

Jour 3

Direction le col de Lauchen, sur la commune d’Oderen, pour 1h30 de marche (7km). Le temps d’admirer le paysage !

Jour 4

Pour le plaisir, une étape plutôt descendante, pour aller jusqu’au refuge du Ritzenthal. Il faudra compter 3h30 de marche, pour 14km et 1000m de dénivelé négatif.

Faire le tour du Grand Ballon en raquettes
© Charles RD

Jour 5

Pour finir en beauté et rallier Guebwiller, le point de départ, c’est deux bonnes heures de marche pour 10km. Le tour est joué !

Accès

Vous en voulez encore ?