Rando et paddle au lac de Saint-Point

paddle lac jura

Article parrainé par 

Pontarlier : Lisa – alias Lama Suspect – et Alizée – alias Anguille Gaffeuse – connaissaient par le nom de l’alcool anisé et imaginaient donc ça dans le Sud. Quand les deux copines parisiennes ont découvert que c’était dans les Montagnes du Jura, elles ont signé direct pour un long week-end autour du lac de Saint-Point au départ de Pontarlier. Morale de l’histoire : « Pointe-toi au lac de Saint-Point ! »

Infos pratiques

  • Durée : 3 jours
  • Saison idéale : Printemps, été. Possible à l’automne aussi mais les activités nautiques ferment fin septembre.
  • Niveau : Dynamique. Possibilité de faire le parcours sur 2 jours pour les bons marcheurs
  • Enfants à partir de 13/14 ans
  • Déniché par : Lama Suspect et Anguille Gaffeuse
Pointe-toi au lac de Saint-Point – © J-P. Homé-Sanfaute

Récit

Lisa et Alizée rêvaient d’un petit coin de paradis où elles pourraient se remplir la panse, boire, vadrouiller, nager, s’amuser, se reposer, faire du bateau, apprendre des choses et visiter des lieux historiques. Vous trouvez que ça fait beaucoup de choses pour un seul week-end et qu’elles feraient mieux d’être un tout petit peu plus réalistes ? Direction l’est de la France, dans le département du Doubs, pour un week-end en pleine nature à deux pas de la Suisse !

Mais il est où le lac ? – © J-P. Homé-Sanfaute

Les deux chilolos sont parties crapahuter au lac de Saint-Point avec toutes leurs envies sous le bras. Et ce n’est pas un hasard quand on sait que les alentours du troisième plus grand lac naturel de France regorgent de pépites diverses et variées. Au menu : des visites et légendes locales avec le Fort de Joux, du tourisme culinaire, des activités nautiques et des points de vue à couper le souffle. En somme, tout ce qu’il faut pour ne pas s’ennuyer lors d’un week-end de trois jours entre potes.

On est sur la bonne route, mauvaise troupe ! – © J-P. Homé-Sanfaute

Jour par jour

Jour 1 : Pontarlier

Qui a dit que le réconfort arrivait après l’effort déjà ? Étape numéro 1 : déjeuner ou pique-niquer à Pontarlier. On recommande chaudement les restaurants Midi 13 ou La Parenthèse avant d’attaquer nos 7 kilomètres du jour. Ragaillardis, on entre dans le dur jusqu’au fort de Joux pour s’émerveiller devant des points de vue pour en prendre plein les mirettes. Après, il y en a pour tous les goûts ! Pour les plus assoiffé.es, c’est parti pour une visite doublée d’une dégustation à la distillerie d’absinthe Les Fils d’Emile Pernot au pied du Château de Joux. La distillerie se visite du lundi au vendredi à 10h30, 15h et 16h30 et le samedi à 10h30. Sinon, on peut aussi opter pour la sobriété en choisissant la visite du fort de Joux, monument emblématique de la Franche-Comté. Dis donc, on n’avait pas vu le temps passer, c’est déjà l’heure de dîner ! Rendez-vous à l’Auberge du Château de Joux où on pourra entamer une nuit bien méritée juste après le filet de truite aux morilles.

Tu connais la légende ? Pauvre Berthe de Joux… – © J-P. Homé-Sanfaute

Jour 2 : La Cluse et Mijoux > Labergement-Sainte-Marie

On commence la journée avec le petit-déjeuner servi à l’Auberge du Château de Joux avant nos 16 kilomètres, mais pas de panique: on se remet doucement des potentiels excès de la veille en alliant randonnées et diverses activités nautiques à la base nautique des Grangettes. Entre la planche à voile, le paddle ou encore le canoë-kayak, on peut être certain de trouver bateau à son pied. Et parce que l’eau, ça creuse, on casse la croûte directement à la base nautique.

Quand le lac nous fait des blagues… – © J-P. Homé-Sanfaute

L’après-midi, on se dirige pour la nuit vers une auberge-restaurant du XVIe siècle à l’autre bout du lac qui a pour spécialités les cuisses de grenouille fraîches et autres produits régionaux issus des circuits courts, j’ai nommé : l’Auberge du Coude. Et pour ne rien gâcher, le pique-nique du lendemain est possible sur demande.

On pagaie on pagaie – © J-P. Homé-Sanfaute

Jour 3 : Labergement-Sainte-Marie > Pontarlier

Après le petit-déjeuner à l’Auberge du Coude, on est fin prêt.es pour nos derniers 23 kilomètres autour du lac de Saint-Point. Quelques suggestions pas piquées des hannetons : juste derrière l’auberge, il est possible d’assister à la fabrication du Comté à la Fruitière des Lacs. Pour se remettre de ses émotions, on peut embrayer sur une bonne glace Berthillon à l’Hôtel du Lac, à Malbuisson. Mention spéciale aux Bahamas de Malbuisson : la Source Bleue et ses eaux turquoise surprenantes valent largement le détour. Si on loupe le coche, rien n’est perdu : on pourra toujours se baigner dans le Doubs au niveau du charmant petit village d’Oye-et-Pallet avant de redescendre vers Pontarlier. Et hop, on va se ravitailler au Fournil du Lac en prévision du train retour.

Il fait plus Doubs au détour de la rivière – © J-P. Homé-Sanfaute

Accès

  • Gare la plus proche : Pontarlier (Doubs, Bourgogne-Franche-Comté)
  • Depuis Paris : TGV + TER 3h environ

Idée de budget

  • Restauration : prévoir pour 8 repas environ
  • 2 nuits en refuge/auberge

Ce qu’il faut apporter

  • Sac à dos pour 2 jours (avec un peu de place pour emmener les pique-niques + éventuels achats à la fruitière et distillerie
  •  Baskets ou chaussures de randonnée (basses ou mi-hautes)
  • Maillot de bain !
Vous en voulez encore ?