Longer la Charente sur la route du cognac

3 vélos roulent dans la campagne

C’est une partie de la Charente que Thibaut et 3 copains ont décidé de suivre à vélo pendant 3 jours. Juste histoire de comprendre d’où vient le succès du cognac !

Infos pratiques

  • Durée : 2 jours
  • Saison idéale : Automne, Été, Printemps
  • Niveau : Sportif. Les étapes sont longues, mais il y a peu de dénivelé ! Si la deuxième journée est trop longue, possibilité de s’arrêter à Saintes pour y reprendre le train.
  • Déniché par : Toucan Loufoque
homme vélo grimace
© Timothée Buisson

Récit

Chaque artiste ou entrepreneur.e le sait : ça ne sert à rien d’inventer un super produit ou de créer une œuvre magnifique si on ne se donne pas les moyens de la faire connaître au plus grand nombre. Au XVIIIème siècle, les producteurs de cognac et des maisons de négoce comme Martell ont pu commencer à conquérir le monde avec leur eau-de-vie de vin en s’appuyant sur un atout fourni gratuitement par dame Nature : la Charente.

© Timothée Buisson

C’est une partie de ce fleuve que Thibaut et 3 copains ont décidé de suivre pendant 3 jours ! Histoire de comprendre d’où vient le succès de cette boisson qu’on boit autant en cocktails dans les milieux populaires aux US, qu’en shots dans des dîners d’affaires en Chine ou à Singapour.

© Timothée Buisson

La réponse tient d’abord au savoir-faire nécessaire à son élaboration : inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel français, on comprend rapidement en visitant l’un des nombreux chais de la région que la recette est un tout petit peu plus compliquée que celle du croque-monsieur. Mais c’est la facilité de transporter la marchandise qui a permis au cognac de se faire un nom autour de la planète : depuis la ville de Cognac où sont situées la plupart des grandes maisons, la Charente permettait d’acheminer les barriques vers Rochefort, à l’époque l’un des chantiers navals et ports de commerce les plus importants de la côte Atlantique.

© Timothée Buisson

Alors en partageant un casse-dalle au bord de l’eau, en pédalant au milieu des vignes, en découvrant un incroyable bar rooftop à Cognac ou en apprenant auprès d’un maître de chai la différence entre un cognac et un brandy, Thibaut s’est dit que la recette de la micro-aventure parfaite était vraiment toujours la même : glousser, crapahuter, gamberger !

Jour par jour

Jour 1 : 80 km et 500m D+

Bordelais et Parisiens arrivent chacun par le train à 8h30 à la gare d’Angoulême. Certains se sont levés plus tôt que les autres… Pour se mettre en jambes, petit tour par le centre historique de la mythique capitale de la BD ! On en profite pour acheter des provisions pour le pique-nique aux Halles, avant de tracer rejoindre la Charente et l’itinéraire de la Flow Vélo. Les premières vignes et les premières exploitations apparaissent…

© Timothée Buisson

S’il fait chaud, on croise régulièrement des cordes suspendues aux arbres le long du fleuve qui permettent de se catapulter dans l’eau pour faire le plein de fraîcheur. A Saint-Simeux, on peut visiter d’anciennes pêcheries à anguilles restaurées : les essacs. A Gensac-la-Pallue, la pisciculture du Moulin est un exemple intéressant d’élevage raisonné de truites et d’esturgeons. Pour les nostalgiques de Mitterrand, un détour par Jarnac (où il est enterré) s’impose ! Arrivée en fin d’aprem à Cognac pour visiter la maison Martell et déguster quelques-uns de leurs meilleurs cognacs !

entrée maison martell
© Timothée Buisson
maison martell maitre
© Timothée Buisson

Passage obligatoire par le Bar Indigo sur le toit du bâtiment, meilleur spot pour admirer le coucher de soleil et bénéficier d’une vue à 360° sur la ville. La soirée continue avec une bonne bouffe pour reprendre des forces. On vous recommande : l’Arty-Showle Chai ou la terrasse de la Scala. Pour la nuit, option luxe au Quai des Pontis ou option bivouac le long de la Charente : on trouve rapidement des spots à la sortie de Cognac au bord de l’eau.

Jour 2 : 100 km et 300m D+

On ne lésine pas sur le petit-dej, il y a des bornes à avaler ! On fait les provisions pour le pique-nique à la boulangerie Lemetayer à Cognac avant de quitter la ville en continuant de suivre le fleuve et la Flow Vélo. Au bout de quelques kilomètres, on passe en Charente-Maritime et on tombe sur le Port du Lys, une incroyable petite guinguette et son Université de la Paresse… Tout un programme qui nous ferait presque oublier qu’on n’est pas là pour épiler des kiwis.

femme vélo devant chateau
© Timothée Buisson

On continue à travers les vignes et les marais avant d’atteindre Saintes, ses nombreuses ruines gallo-romaines et ses terrasses. La végétation et si le vent souffle d’ouest on commence à sentir les embruns. La Charente s’élargit peu à peu et Rochefort apparaît au détour d’une de ses boucle. On y entre par le Grand Arsenal où sont nés certains navires mythiques comme l’Hermione, connue pour avoir emporté La Fayette vers les Etats-Unis. Avant d’attraper le train du retour, on prend le temps d’aller déguster une glace bien méritée sur la Place Colbert.

Voir l’itinéraire

Accès

  • Lieu : Cognac (Charente, Nouvelle-Aquitaine)
  • Gare la plus proche : Angoulême à l’aller, Rochefort au retour
  • Télécharger la trace GPX

Idée de budget

  • Visite de la maison Martel + dégustation : 20€
  • Cocktail au bar Indigo : 12€
  • Dîner à la Scala : 40€
  • Nuit au Quai des Pontis : 83€

Ce qu’il faut apporter

  • Vélo de gravel ou un VTC (pneus de 35 mm minimum)
  • Casque
  • Nécessaire de réparation
  • Veste de pluie
  • Crème solaire
  • 2 bidons
  • Tenue pour le soir
  • Mini trousse de toilette
Vous en voulez encore ?