Comment faire caca dans la nature ?

des toilettes en bois dans la forêt

Le confinement n’a pas toujours été une partie de rigolade, mais au moins on avait nos petits repères ! Maintenant qu’on retourne crapahuter dans la nature, les choses ne sont plus aussi simples ! Moins de routine, moins de confort, encore moins de papier-cul. Mais regardez ce qu’on gagne au change : du calme, de l’espace et une vue autrement plus agréable ! Alors il ne s’agirait pas de gâcher tout ça en faisant n’importe quoi… On ne va pas tourner autour du pot : voici nos 5 conseils pour faire la chose proprement.

Cherchez

L’endroit parfait doit être isolé, éloigné de tout cours d’eau et on doit pouvoir y creuser un trou (vous allez rapidement comprendre pourquoi).

Creusez

A l’aide d’une pierre, creusez un trou d’environ 15 cm de profondeur. Pour la largeur, l’expérience montre qu’en dessous de 15 cm de diamètre, il devient difficile de viser. Un caca faisant en moyenne 250 g, réservez-lui lui un accueil confortable !

Poussez

Confortablement accroupi, faites ce que vous avez à faire. Vous pouvez vous appuyer sur un arbre ou un rocher pour une meilleure stabilité.

Nettoyez

Les opinions en ce qui concerne le papier toilette divergent. Soit vous l’enterrez (le papier n’est autre que de la cellulose de bois) soit vous le conservez dans un sac poubelle ou mieux, un sac type Ziploc® que vous ramènerez chez vous comme un trophée.

À lire aussi : 👉 Réapprendre à vivre dans la nature

Recouvrez

Reboucher le trou, et tassez bien. Voilà, le tour est joué ! A présent, laissez la nature digérer votre cadeau et retournez à une activité normale, en pensant à bien refermer votre braguette. On insiste : si vous avez opté pour le Ziploc®, ce n’est sûrement pas pour le laisser où que ce soit dans la nature !

Vous en voulez encore ?