Longer la côte du Cotentin à vélo

Embarquez avec Jeanne et son compagnon pour un week-end vélo dans le Cotentin. Au programme : paysages de carte postale celtique, ambiance mystérieuse, longues plaines sauvages, moutons et falaises abruptes qui plongent dans la mer…

Infos pratiques

  • Durée : 2 jours
  • Saison idéale : Automne
  • Niveau : Dynamique
  • Déniché par : Jaguar Lumineuse

 

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Récit

Avec sa chevelure flamboyante, Jeanne s’est toujours demandée si elle n’avait pas un peu de sang irlandais… C’est peut-être pour ça qu’elle est attirée par le Cotentin depuis un petit bout de temps ! On dit que son littoral ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de la grande île britannique : il suffit d’un week-end au départ de Paris et d’un bon vélo pour aller le vérifier.

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Avec son compagnon, elle est mise directement dans le bain par la météo : une alternance de soleil et d’averses offre tour à tour des lumières menaçantes et des couleurs éblouissantes. Les paysages défilent et Jeanne ne peut pas s’empêcher d’y voir une carte postale celtique, avec une ambiance mystérieuse, de longues plaines sauvages parsemées de moutons et des falaises abruptes qui plongent dans la mer.

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Même les portables semblent se mettre à l’heure saxonne en proposant un réseau rozbif ! Seule la pizza qu’ils s’offrent pour reprendre des forces dans un petit village vient leur rappeler qu’ils ne sont pas non plus si loin des contrées latines.

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Après une première journée qui leur en a envoyé plein les yeux, la route du lendemain leur en envoie surtout plein les mollets… Mais ça ne fait pas peur à Jeanne qui jubile quand ça se corse. Quand elle fatigue, elle repense au panorama de la veille, à la pointe du Nez de Jobourg. Elle n’aurait pas été complètement surprise d’y croiser Molly Malone !

Jour par jour

Jour 1

  • Cherbourg > Auderville (Pointe du Cotentin) > Phare de Goury > Biville > Brix

Jeanne a fait une boucle au départ de Cherbourg, en longeant d’abord le littoral entre Cherbourg et Biville. Sur son chemin, plusieurs jolis spots : le Port Racine (plus petit port de France), le phare de Goury pour prendre la plus belle photo, et surtout la pointe du Nez de Voidries et du Nez de Jobourg. Après ces deux panoramas, on continue vers les dunes de Biville et leur petit air de Patagonie pour flâner et rêver. Puis entre Biville et Brix, l’itinéraire quitte le littoral pour traverser par les terres. Pour la nuit, option bivouac, gîte ou airbnb. Le Cotentin étant une région touristique qui a une belle offre d’hébergements, en plein mois de novembre Jeanne a choisi l’option Airbnb, sur la route du côté de Brix.

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Jour 2

  • Brix > Saint-Vaast-la-Hougue > Gatteville > Cherbourg

Entre Brix et Saint-Vaast-la-Hougue, on continue de traverser les terres. Puis de Saint-Vaast-la-Hougue à Cherbourg, on retrouve le littoral. Sur ce littoral, on passe par la Baie des Veys pour observer les veaux marins, puis par la plage de Jonville aux airs de Caraïbes. A ne pas manquer, le spot du phare de Gatteville, pour une belle pause pique-nique !

Longer la côte du Cotentin à vélo
© Jeanne Lepoix

Accès

 

Idée de budget

  • Les repas
  • La nuit en gîte

Ce qu’il faut apporter

  • VTC léger ou vélo de gravel : le parcours alterne entre routes et chemins
  • 2 sacoches
  • 3 couches (tee-shirt mérinos, doudoune ou polaire, coupe-vent)
  • 2 gourdes
  • Du matériel de réparation (pour réparer une crevaison)
  • GPS ou smartphone
  • Tente, duvet et matelas si vous bivouaquez
  • De quoi rapporter vos déchets
Vous en voulez encore ?