5 astuces pour limiter l’impact de nos équipements numériques

Loin des yeux, loin du coeur ? Plus de virtuel, c’est plus de matières puisées dans le réel. 75% des émissions de gaz à effet de serre du numérique proviennent de la fabrication de nos équipements. Autrement dit : il vaut mieux se faire l’intégralité de la nouvelle série Drôle sur Netflix en une journée et garder son ordinateur 10 ans, plutôt qu’arrêter totalement les vidéos en ligne et s’acheter un nouveau MacBook tous les 2 ans. Alors après les gestes simples pour réduire notre pollution numérique, on vous dévoile 5 astuces pour limiter l’impact lié à nos équipements.

Garder son matos le plus longtemps possible

Qui ne s’est jamais laissé·e avoir par le nouvel écran Retina ultra réactif ou le troisième objectif qui permet de prendre des photos de pro ? 88% des Français·es achètent un nouveau téléphone portable alors que l’ancien fonctionne encore. Le problème, c’est que ça entraîne de plus en plus d’extractions de minerais rares, de destructions d’écosystèmes, de gaz à effet de serre, de pollution de l’eau, de l’air et des sols… Sans oublier les problèmes sociaux et éthiques. Bref, rien de bien glorieux. Et bonjour la bonne ambiance !

Van vintage
Qui a dit que le vintage était dépassé ?

CHILO tip n°1 : On commence par prendre soin de son matos en le protégeant avec une coque et un écran de protection. Et si ça n’a pas suffit, on fait tout pour le réparer avant de le balancer. Pour ça, plusieurs options : faire marcher la garantie légale de conformité de 2 ans, déléguer le boulot à un réparateur indépendant, se faire aider dans un repair café ou se débrouiller avec des tutos en ligne comme ceux partagés sur iFixit.

Acheter des produits conçus pour durer

Il y a pas marqué Bécasse ici… Les écrans se cassent facilement, les batteries se déchargent plus vite qu’elles ne se chargent, les logiciels ne se mettent plus à jour, les pièces détachées sont introuvables, la réparation est plus chère que l’achat d’un appareil neuf… Résultat ? C’est hyper tentant d’acheter encore et encore. Et coucou l’obsolescence programmée.

Faire un feu en pleine nature
Derrière les écrans de fumée

CHILO tip n°2 : Si des marques font plus dans le greenwashing que dans le green, il y en a une qui fait tout l’inverse. FairPhone a une ambition : révolutionner l’industrie électronique de l’intérieur. Cette entreprise néerlandaise fabrique des téléphones conçus pour durer et facilement réparables, avec des matériaux équitables et recyclés. Alors si vous n’êtes pas prêt·e·s à passer à l’occasion ou au reconditionné, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Louer plutôt qu’acheter

Nos appareils numériques perdent de la valeur, alors qu’on se le dise : ça ne sera jamais un bon investissement. Téléphone, ordinateur, tablette, appareil photo, montre connectée… En Europe occidentale, on possédait presque 9 équipements numériques par personne en 2021 alors qu’on n’en possédait que 5 en 2016. Si on en croit les chiffres, on ne va clairement pas vers la sobriété. Et puis, on n’a pas de place dans nos sacs pour tout ça quand on part faire le tour de Belle-Île à pied ou descendre la Charente en canoë  ! 

Nourriture en forêt
Quitte à entasser, autant entasser des choses utiles !

CHILO tip n°3 : Vous vous êtes déjà demandé combien d’équipements numériques vous aviez chez vous ? C’est le moment. Parmi ceux-là, combien vous servent au moins une fois par semaine ? À tous les coups, il y a une liseuse qui vous a été offerte à Noël par votre oncle en 2015 mais que vous n’avez jamais utilisée. Si c’est le cas, mieux vaut louer ces équipements sur une plateforme entre particuliers quand vous en avez vraiment besoin, plutôt que de les entasser sans raison ! 

Opter pour l’occasion ou le reconditionné

Aujourd’hui, on a son premier smartphone avant même d’avoir 10 ans. Le hic ? Un smartphone c’est : 50 métaux rares, plusieurs centaines de kilos de matières premières, des dizaines de milliers de litres d’eau pollués et 4 fois le tour du monde. Un vrai globe trotter. En achetant un smartphone reconditionné plutôt qu’un neuf, on a un impact 2 à 4 fois moins important et on évite l’extraction de 77 à 91% de matières premières. Quand on sait ça, on se dit que le dernier iPhone peut attendre, non ?

Mamie sur WhatsApp
High tech, low impact

CHILO tip n°4 : Vous en êtes resté·e·s au Nokia 3310 et vous loupez tout le temps les messages de mamie sur la conversation WhatsApp de votre famille ? Il est peut-être temps de passer à autre chose. Plutôt que de vous jeter sur le neuf, essayez de sauter sur l’occasion ! Demandez autour de vous si vos copains vendent du matos, allez faire un tour sur Le Bon Coin ou optez pour le reconditionné sur Backmarket ou Smaaart, sans oublier de jeter un oeil à l’indice de réparabilité.

Donner une nouvelle vie à ses appareils

À un moment donné, il faut bien lâcher ces appareils qui ne nous servent jamais ou ceux qui, justement, ont déjà trop servi et ont besoin d’être changés. Pour autant, il n’est pas question de les laisser croupir au fond d’un tiroir comme plus de 100 millions de smartphones, ni de les mettre à la poubelle. On est presque 8 milliards d’êtres humains sur la planète, alors il y a forcément quelqu’un·e à qui ça pourrait servir !

Rando raquettes
On est quand même mieux dehors qu’au fond d’un tiroir, non ?

CHILO tip n°5 : C’est le moment de faire le tri à la maison et de dépoussiérer vos vieux téléphones et autres objets numériques ! Au choix, vous pouvez les donner à une ressourcerie ou à un centre Emmaüs, les revendre à des particuliers ou les envoyer à une structure comme ZACK qui s’occupera de leur donner une seconde vie à votre place. Simple comme bonjour !

Vous en voulez encore ?