Notre engagement pour la Planète

groupe la terre en partage avec chilowé

Comme vous le savez — ou, si vous ne le savez pas, sachez que vous allez le savoir —  Chilowé fait partie du mouvement « 1% for the Planet » depuis le premier jour. Un réseau d’entreprises qui s’engagent à reverser 1% de leur chiffre d’affaires annuel à des associations environnementales ou sociales. Ce don que nous faisons chaque année à la planète est un engagement fort : qu’on fasse une année pourrie ou une très belle année, on reversera toujours 1% de notre chiffre d’affaires. En 2022, nous avons décidé de soutenir la Terre en Partage, qui accueille des demandeurs d’asile dans une ferme en Haute-Vienne. Je vous partage dans cet article, nos réflexions — nos doutes parfois — et les raisons de notre choix. 

C’est quoi le « 1% for the Planet » ?

Le « 1% for the Planet » est un mouvement qui compte plus de 6000 membres dans près de 91 pays. Ce collectif international rassemble des particuliers et des entreprises de différentes tailles qui ont décidé de faire don de 1% de leur chiffre d’affaires annuel à des associations environnementales. Derrière cette organisation à but non lucratif lancée en 2002 aux États-Unis, on retrouve Yvon Chouinard — alias Tonton Yvon — fondateur et propriétaire de Patagonia et Craig Mathews, ex-propriétaire de Blue Ribbon Flies.

En France, par exemple, on compte parmi les entreprises du 1% : Caudalie, Lafuma, Hopaal, Air Coop, Barooders, Léa Nature… L’association a deux missions : assurer qu’on fasse bien un don chaque année d’une partie de notre chiffre d’affaires et nous conseiller sur le choix de l’association bénéficiaire via une liste agréée.

En 2022, Chilowé a décidé de reverser son 1% à l’association La Terre en PartageAvant de vous expliquer pourquoi, je voulais vous raconter l’histoire du colibri.

L’histoire du colibri

[Ceux qui connaissent cette histoire peuvent passer au chapitre suivant].

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux observaient le désastre, impuissants et terrifiés. Seul le petit colibri s’activait dans tous les sens, pour jeter quelques gouttes sur le feu avec son bec. Agacé, le tatou lui dit : « Arrête ton cirque, c’est pas comme ça que tu vas sauver la forêt ! » Et le colibri lui répondit : « Je sais, mais je fais ma part »Le tatou est toujours en train de compter ses dents !

Un homme pose nu de dos sur la plage avec un sac poubelle
Trash Go, le colibri le plus déjanté de la côte basque – ©Trash Go

Chez Chilowé — comme le colibri — nous faisons notre part en remettant en cause nos habitudes les plus polluantes, comme par exemple changer la manière dont on part en week-end ou en vacances. Avec notre concept de « micro-aventure », nous proposons une autre manière de voyager, plus écolo et plus accessible. Mais on va pas se mentir, c’est une goutte d’eau pour lutter contre le réchauffement climatique et il faut urgemment que les gros acteurs économiques et les politiques se sortent les doigts pour passer à la vitesse supérieure.

À lire aussi : 👉 La charte d’une micro-aventure Chilowé

L’impact environnemental de Chilowé

En échangeant avec les entrepreneurs du 1%, je me suis rendu compte que l’on se posait tous les mêmes questions : quel est l’impact environnemental et social de ma boîte et quelle cause ai-je envie de défendre à travers le 1% ?

Chez Chilowé, la nature et l’environnement sont au cœur de tous nos projets. À travers notre concept de « micro-aventure », nous participons à l’essor d’un mode de voyage plus respectueux de l’environnement, qui privilégie le local au lointain, le train à l’avion, la nature aux écrans, la France au reste du monde…Et si l’on croit autant que la micro-aventure va changer le monde, c’est parce que chaque Français.e émet en moyenne 12 tonnes d’équivalent CO2 par an, principalement pour se déplacer et qu’il va falloir qu’on passe sous la barre des 2,1 tonnes pour éviter de dépasser les +2°C en 2050.

Les trajets en avion font très vite grimper le montant de l’addition et après ça, il faut encore se loger, se nourrir, s’habiller, s’équiper…

Quand on regarde de près l’impact d’un trajet en avion : 

  • Pour aller faire un tour en canoë au Canada : 2 tonnes de CO2
  • Pour aller surfer à Bali : 4,8 tonnes de CO2
  • Pour aller glisser sur un traîneau en Laponie : 1 tonne de CO2
  • Pour aller passer un week-end à Lisbonne : 0,7 tonne de CO2
Qui dans la salle choisit le Jura face au Costa Rica ? – © Brian du Halgouet

Rester sous les 2,1 tonnes par an en adoptant des vacances moyen/ long courrier, c’est rapidement mission impossible. Alors que sans mettre les fesses dans un avion, voici ce qu’on peut aller vivre avec Chilowé :

Alors on a pas inventé le fil à couper le beurre, mais en partant toutes et tous à l’aventure près de chez soi avec Chilowé, on fait un beau cadeau à la Terre. Sur le volet social en revanche, on doit clairement progresser.

À lire aussi : 👉 Les 10 plus beaux treks de France

L’impact social de Chilowé

On a beau répéter partout qu’on veut rendre l’aventure accessible à toutes et tous, la réalité, c’est que nos micro-aventures Chilowé sont réservées à des jeunes urbains CSP+, comme nous. On a beau dire « la micro-aventure prend moins de temps, coûte moins cher et fait moins de mal à la planète », bah c’est pas complètement vrai.

La vie, c’est ramer dans la même direction – ©Chilowé

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Avec l’équipe, on s’est dit qu’on rêverait de pouvoir proposer nos micro-aventures à tout un tas de personnes qui n’en ont ni les moyens ni la possibilité (jeunes en difficulté, repris de justice, prisonnier.es) et puis on est allés à la rencontre des associations en France. L’une d’elles a retenu notre attention : La Terre en Partage. Boris, son fondateur, accueille des demandeurs d’asile dans une ferme en Haute-Vienne. La rencontre avec Boris et les réfugiés nous a pas mal chamboulé, la cause nous a touché et on a décidé de leur faire don de notre 1% cette année.

La Terre en Partage

L’association La Terre en Partage accompagne actuellement 18 réfugiés durant leur procédure de demande d’asile. En France, cette période est particulièrement longue et souvent psychologiquement très dure. Pendant ce temps vide, ces personnes sont privées d’activités valorisantes, structurantes et surtout de liens sociaux. L’association leur permet de contribuer positivement à l’activité du territoire qui les accueille, notamment par des actions respectueuses de l’environnement.

Canoë avec La Terre en Partage
« Yes, oui canoë ! » comme on dit chez nous – ©Chilowé

Concrètement, les pensionnaires effectuent 15 heures de maraîchage bio par semaine et une autre partie de leur temps est dédiée à l’apprentissage de notre langue. Ils participent activement au bon fonctionnement de leur lieu de vie entre cuisine, ménage et accueil des visiteurs. Pour nous, le projet de La Terre en Partage prouve que l’écologie peut être un biais de partage, d’intégration et d’ouverture à l’autre. 

À lire aussi : 👉 Bonne nouvelle : j’ai trouvé la clé du bonheur

Chilowé x La Terre en Partage

En plus du don financier, une partie de l’équipe Chilowé est partie avec les membres de l’association La Terre en Partage pour leur faire vivre l’une de nos micro-aventures préférées : La rivière sauvage, 2 jours de descente en canoë sur la Charente. Pour le week-end, Luc a emporté son appareil photo et sa caméra, Marina et Clémence ont fait chauffer leurs muscles pour pagayer. Deux jours inoubliables : des moments simples et vrais, des rires et du partage de culture avec neuf demandeurs d’asile et deux bénévoles de l’association.

D’ailleurs, la barrière de la langue ne les a pas empêchés de rigoler et de chanter ensemble tout le week-end ! « Lors d’une soirée improvisée dans notre gîte, on a écouté des chants traditionnels afghans chantés par les membres de l’asso. On se serait cru le temps d’un instant à l’autre bout du monde », se remémore Clémence. « C’était tellement simple et vrai », lance Luc.

Et vous, que feriez-vous ?

Depuis le début de l’aventure, vous avez toujours été à nos côtés pour nous faire avancer dans la bonne direction. On aimerait beaucoup savoir ce que vous feriez à notre place ; quelle association vous aimeriez que l’on soutienne l’année prochaine ? Quelle cause vous aimeriez que l’on défende ? Inspirez-nous et faites-nous progresser.


Castor Fougueux
Cofondateur & Président de Chilowé
ferdinand@chilowe.com

Note pour plus tard : faire don de l’entreprise Chilowé à la Nature 😉

Vous en voulez encore ?