10 erreurs à éviter pour son premier bivouac

contenu sac de rando sur parquet

Le monde de la montagne se divise en deux catégories : ceux qui dorment en refuge et ceux qui préfèrent le bivouac. Comme le disait Gaston Rébuffat : « l’homme qui bivouaque lie sa propre chair à la chair de la montagne ». Et la femme aussi ! Mais dans les deux cas, on ne veut pas y laisser sa peau. On a donc demandé à Clara du blog outdoor Wildroad de devenir notre conseillère pédagogique et de dresser cette liste des 10 erreurs à éviter lorsque l’on débute en bivouac. Elle nous a raconté ses premières expériences – l’envol de sa tente en Norvège ou encore l’attaque de midges en Écosse – et on a signé direct pour ses conseils bivouac : Clara, c’est à toi !

Avoir un sac à dos trop lourd

Le sac à dos peut être notre meilleur allié, comme notre pire ennemi. C’est pour cela que je vous recommande de ne pas porter un sac de plus de 30% de votre poids corporelle. En moyenne, cela fait une fourchette entre 10 et 14 kg selon votre taille et votre morphologie. Prenez également en compte votre forme physique, afin de ne pas vous blesser avant d’arriver à destination. Là-haut vous pouvez, mais avant c’est vraiment dommage. 

femme en montagne sac à dos
Vous n’êtes pas Hulk et moi non plus – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Réglez bien votre sac à dos pour que celui-ci repose sur vos hanches et non sur vos épaules. Chargez votre sac la veille du départ afin de confirmer que vous pouvez le porter sans problème, et chargez les éléments les plus lourds collés à votre dos (illustration détaillée dans le guide ultime de la rando). 

Ne pas consulter la météo

Je parle ici en connaissance de cause : cela m’est déjà arrivé plusieurs fois de me retrouver prise dans une tempête en pleine nature. Alors on serre les fesses en attendant bien sagement dans sa tente que ça se passe. Pour éviter de vous retrouver dans cette situation périlleuse, le mieux est de consulter un site météorologique fiable juste avant de partir. Veillez à bien vérifier aussi la force du vent, car même lorsqu’il fait beau, il peut vous empêcher de passer une nuit sereine en bivouac. 

bivouac montagne désertique
On n’est jamais à l’abri d’une tempête – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Météo blue est un site spécialisé, vous pouvez entrer une géolocalisation précise. Si la force du vent est supérieure à 30km/h, reportez votre sortie : mieux vaut annuler que de se mettre en danger. Si la date de votre bivouac est prévue depuis longtemps, repérez deux autres endroits éloignés les uns des autres qui vous serviront de back up

Planter sa tente au bord de l’eau 

Certains endroits sont plus propices que d’autres pour planter sa tente. Lorsqu’on débute en bivouac, ça fait rêver de se lever au bord de l’eau. Mais on apprend vite que les lieux humides, comme les fonds de vallée, les cuvettes (pas de toilettes), les bords de rivière ou de lac, c’est pas une bonne idée. Ils procurent une sensation de fraîcheur très désagréable la nuit et au petit matin. De plus, si la météo est pluvieuse, cela peut être dangereux d’être dans ces endroits, car l’eau peut monter et inonder des terrains auparavant secs. 

tente verte dans brouillard montagne
L’important c’est de viser à côté de la cuvette – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Avant le coucher du soleil, prenez le temps de repérer l’endroit où vous allez planter votre tente. Vous pouvez regarder une carte IGN et à partir des lignes de niveaux, trouver les endroits les plus propices pour votre bivouac. Cela peut prendre facilement 2h pour trouver le bon spot, à prévoir pour ne pas louper l’apéro ! 

Monter sa tente pour la première fois 

Si c’est la première fois que vous prévoyez d’utiliser votre tente, je vous conseille vivement de l’essayer avant. Montez la tente dans votre salon, dans un parc ou sur votre balcon afin de vérifier qu’il ne vous manque rien et de vous familiariser avec votre nouveau compagnon. C’est vrai que, quand on imagine sa première expérience à monter sa tente de nuit en pleine nature, ça fait moins paniquer de l’avoir déjà fait au moins une fois.

tente sur balcon
Ça passe pile poil – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Prenez toujours quelques sardines supplémentaires dans le sac de votre tente ; je ne parle pas des sardines à griller. Les constructeurs mettent le nombre exact de sardines pour planter la tente, sans prendre en compte les tendeurs. Or, les tendeurs sont très utiles quand ça souffle. 

Ne pas prendre de quoi se couvrir

Quand c’est l’été en montagne, il peut faire très chaud en vallée. Vous pensez qu’il en sera de même au sommet : grosse erreur ! En altitude, et même si on se rapproche du soleil, on perd en moyenne 6° pour 1000m. Prenez toujours 3 couches de vêtements (tee-shirt, doudoune, veste coupe-vent), un bonnet et des gants. 

femme duvet bivouac montagne
La règle des 3 couches – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Pour les premières couches de vêtement, privilégiez la laine mérinos (même sur les pieds !). Cette matière sèche rapidement après l’effort et est non odorante. Mieux vaut avoir trop chaud et pouvoir se découvrir, que trop froid et ne pas dormir de la nuit, a dit un vieux sage. 

Surestimer son sac de couchage

Le sac de couchage est un des éléments les plus importants pour passer une bonne nuit en bivouac. Pour bien choisir celui qui vous accompagnera toute la nuit, vous devez vous référer à la température de confort. L’erreur classique est de prendre en compte le T° extrême à la place de la température de confort. Or, si vous utilisez votre sac de couchage dans ces conditions, vous serez en mode survie. 

femme montagne assise vue depuis tente
0 ou -5 degrés et le confort est joué – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Pour un premier achat, un sac de couchage de 0 ou -5 degrés de confort est un bon compromis. Si vous êtes frileux.se, vous pouvez utiliser un liner termoreactor Sea to Summit par exemple qui ajoutera quelques degrés de confort à votre sac de couchage. 

Partir sans vérifier son réchaud

Manger froid en bivouac, ce n’est vraiment pas joyeux. Pour ne pas vous retrouver dans cette situation, pensez à vérifier ces trois éléments à la maison : 

  • Que votre réchaud s’allume bien
  • Qu’il reste encore assez de gaz dans la bonbonne et que l’embout de celle-ci est bien adapté à votre réchaud 
  • Que vous avez soit des allumettes soit un briquet qui fonctionne
femme montagne assise café réchaud
Le café froid, qui aime ça ? – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Pour savoir s’il vous reste assez de gaz dans votre bonbonne entamée, prenez un saladier rempli d’eau. Mettez la bonbonne dans le saladier pour la faire flotter, la partie immergée correspond à ce qui vous reste en gaz. 

Ne pas avoir de plan B

Pour un premier bivouac, il faut vous préparer à toute éventualité et potentiellement au pire. Un plan B comme un refuge gardé ou non gardé vous permettra d’assurer votre sécurité en cas de problème. Pour cela, vous devez connaître le terrain sur lequel vous vous aventurez. Il est important d’avoir consulté une carte IGN en amont et de repérer les refuges à proximité de votre itinéraire. 

coucher de soleil montagne lac avec refuge neige
Il faut toujours avoir un plan B – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Vous pouvez tracer votre itinéraire de rando-bivouac à l’aide d’une application de randonnée. Ainsi vous pourrez avoir une estimation du nombre de kilomètres et de dénivelé à parcourir. Pour une première expérience, je vous recommande de choisir un itinéraire réalisable en 5/6h, afin de ne pas être éloigné à plus de 3h de votre point de départ. 

Avoir une batterie chargée à 50%

Bien que la déconnexion soit le mot d’ordre d’une aventure en bivouac, votre téléphone sera le meilleur outil pour contacter les secours en cas d’accident et pour vous repérer si vous êtes perdu.e.s. La batterie doit être chargée à 100% afin de pouvoir l’utiliser à n’importe quel moment de votre aventure. Une batterie externe peut être un accessoire utile si votre téléphone se décharge rapidement. 

femme montagne qui prend une photo avec son téléphone devant paysage
Ouistitiiiiiiiii – © Clara Ferrand

CHILO Tips : La nuit, alors que le froid s’installe, les batteries se déchargent plus rapidement. Placez votre téléphone dans votre sac de couchage et mettez-le en mode avion. 

Faire un feu de camp

Je profite de ce dernier point pour vous rappeler une règle essentielle du bivouac : “ne laissez aucune trace”. Vous devez laisser l’endroit tel que vous l’avez trouvé : rapporter vos déchets et de ne pas faire de feu de camp. Même si on est pas en plein désert aride, sachez qu’un feu peut se propager par le sol, par exemple sur un terrain constitué de tourbières. 

Le feu ça brûle – © Clara Ferrand

CHILO Tips : Si vous souhaitez absolument faire du feu, il existe des réchauds à bois pour isoler le foyer du sol. Dans ce cas, pensez à rapporter du bois sec que vous avez ramassé par terre.

 

> Si vous préférez être accompagné.e.s pour votre tout premier bivouac, partez avec Captain Chilowé Rémi sur la micro-aventure Initiation au bivouac sur les hauteurs du Jura.

> Pour des idées matos de bivouac, retrouvez nos 10 indispensables par ici.

Vous en voulez encore ?