Comment gagner le bras de fer contre un oncle climatosceptique

Le père Noel est une ordure

Ho ho ho ! Les fêtes de fin d’année approchent et on le sait : les repas de famille peuvent être longs… Très longs ! Assez longs pour qu’un oncle climatosceptique mette le sujet du changement climatique et de l’écologie sur la table, juste à côté de la dinde (végé). Mais ne paniquons pas trop vite. Même si on n’a pas passé notre année 2022 à la salle de sport, on peut encore gagner le bras de fer. Et pour ça, on a préparé les réponses aux 10 arguments les plus fallacieux qui reviennent souvent sur la table. Un guide de survie sourcé et garanti 0 bullshit, à dégainer à tout moment si besoin. 

On a toujours eu chaud l’été

A Noël, on aime tou·te·s faire des bilans et revenir sur l’année écoulée. Et en 2022, l’été nous a bien fait transpirer. Votre oncle affirme que ce n’est rien d’exceptionnel ? Pourtant, 2022 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée en France. Alors oui, c’est vrai, il y a toujours eu des vagues de chaleur. Mais le problème, c’est qu’elles sont de plus en plus fréquentes, et de plus en plus intenses. Et ça, c’est bien à cause du dérèglement climatique dont on est à l’origine. Un chiffre à retenir : il y a eu 3 fois plus de vagues de chaleur ces 30 dernières années que durant les 42 années précédentes.

De toute façon, ça ne change rien à ma vie quotidienne

Là, c’est le moment de remplir les verres vides et de parler alcool. Ça rassemble ! Touché·e·s de plein fouet par les effets du dérèglement climatique, les viticulteur·rice·s lancent l’alerte. On craint les gelées tardives, on vendange de plus en plus tôt et les régions viticoles changent. Maintenant, on fait du vin dans les Écrins, en Belgique… et même en Suède ! Bon, ça fait plus de vin… Mais le problème, c’est que le goût du vin évolue et pourrait avoir une saveur fumée à cause des feux de forêt par exemple. Et ça, ça change tout à la vie quotidienne, même s’il faut boire avec modération…

bronzés
Ma pauvre Christiane, t’es bouleversante de connerie…

Ton futur me fait pas rêver du tout

Parce qu’un futur avec des chaleurs intenables, des sécheresses, des feux de forêt, des inondations, des glaciers qui fondent et des récifs coralliens qui meurent, ça fait rêver ? Aujourd’hui, on peut encore choisir et éviter le scénario catastrophe. Et la bonne nouvelle, c’est que ça peut être joyeux ! Des lignes de train pour relier les patelins d’où l’on part randonner, des potagers à tous les coins de rue, des habitats partagés et éco-construits… Essayez de vous projeter en famille dans votre monde idéal en 2030, en voilà un sujet d’échange autour de la dinde (végé) ! Si vous manquez d’inspi et que vous voulez être incollable sur cette question, il y a le livre 2030 Glorieuses de Julien Vidal

On va quand même pas revenir à l’âge de Cro-Magnon

La sobriété n’est pas nécessairement punitive, elle peut aussi être souhaitée… et positive ! Revenir à l’essentiel ne signifie pas abandonner tous les progrès que l’on a fait depuis des millions d’années. Il s’agit plutôt de redonner de la valeur à ce qui compte vraiment et progresser vers ce qui améliore la santé de la planète… et de notre espèce. À l’opposé de la décroissance, il y a la voie de la croissance verte qui cherche à réconcilier croissance et écologie. Si vous ne savez pas encore si vous êtes plutôt pro-croissance verte ou pro-décroissance, c’est le moment de passer le test de personnalité en famille.

Ça va être tout noir !

Tant que les Chinois·es se bougent pas, ça ne changera rien

L’empreinte moyenne française est au moins 5 fois trop importante pour respecter les objectifs climatiques, alors on a aussi notre part à jouer ! Si l’on veut réussir, absolument tous les pays doivent passer la seconde, et les pays les plus riches doivent même passer la troisième. 

J’y peux rien moi… Je ne vais pas changer la face du monde

Là-dessus, on est d’accord avec tonton. Mais si on se dit toutes et tous ça, on n’ira pas bien loin. Il y a un triptyque qui se renvoie la patate chaude sans jamais la garder très longtemps : les citoyen·ne·s, les industries et le gouvernement. L’action individuelle permettrait de réduire l’empreinte carbone des Français·es de 25%, c’est à la fois déjà beaucoup et pas grand chose non plus. Elle reste néanmoins nécessaire et permet d’impulser des changements à plus grande échelle.

Et toi, tu fais quoi pour que ça change ?

La réponse : même si personne n’est parfait et que nous sommes toutes et tous bourré·e·s de contradictions, il faut avoir les ordres de grandeur en tête. L’empreinte carbone moyenne d’un·e Français·e est autour des 10 tonnes équivalent CO2. Pour respecter l’Accord de Paris, on devrait être à 2 tonnes maximum. Alors, pour y arriver, on se concentre sur ce qui pèse lourd dans nos émissions de gaz à effet de serre : les transports et l’alimentation. Pour savoir où on en est, on peut faire le test en live entre un morceau de frometon et un de foie (faux ?) gras.

maman j'ai raté l'avion
Maman, j’ai économisé 2 tonnes !

Manger des graines, c’est la déprime

Du faux gras vous avez dit ? Pas sûr que nos oncles apprécient l’idée, même avec la pénurie de vrai gras qui nous attend… Mais si on arrive à leur faire goûter sans leur dire ce qu’il y a dedans, on a nos chances pour les faire changer d’avis ! L’alimentation pèse plus de 2 tonnes, soit 20%, dans notre empreinte carbone individuelle annuelle, alors il est urgent de végétaliser nos assiettes. Et pour y arriver, il va falloir convaincre les estomacs. Avant de passer aux fourneaux, vous pouvez jeter un œil à nos 5 recettes végétariennes pour l’hiver

Je vais pas aller voir ma famille aux États-Unis à la nage

Clairement… Mais il faut replacer les ordres de grandeur. Un aller-retour Paris-NYC, c’est 2 tonnes d’équivalent CO2. Autrement dit, c’est notre “budget carbone” par an et par personne pour 2050. Prendre l’avion, même une seule fois dans l’année, fera donc exploser notre empreinte carbone. Et ce ne sont pas les mécanismes de compensation carbone par la plantation d’arbres qui changeront véritablement la donne. Si votre oncle veut vraiment faire le voyage, suggérez-lui Sailcoop qui propose des transatlantiques à la voile par exemple. 

Du coup, on ne te fait pas de cadeau à Noël ?

Dans le mille ! Quoi que… ça fait toujours plaisir de recevoir un petit cadeau à Noël quand même, non ? Heureusement, il y a plein de choses que l’on peut s’offrir et qui ne dégommeront pas la planète… Par exemple, des cadeaux immatériels. Pour aider tonton à faire le bon choix, filez-lui ces 13 idées cadeaux pour offrir des souvenirs.

Des souvenirs en cadeau : il n’y a rien d’étrange là-dedans ! – © Touchstone

Le climat a toujours évolué, c’est pas nouveau

Pour mettre tout le monde d’accord, rien ne vaut un bon vieux film. Après un repas qui a trop traîné, on se blottit sous un plaid avec une tisane spéciale digestion et on regarde 2 degrés avant la fin du monde. Ce docu de 90 minutes réalisé par l’équipe de Data Gueule est dispo sur la plateforme de la transition Imago TV aux côtés de plein d’autres contenus qui vous seront utiles si vous voulez renouveler les séances ciné à la maison. De quoi faire taire les petites voix climatosceptiques des 37% de Français·es qui pensent encore que le changement climatique n’est pas d’origine humaine.

Il faut du temps pour que les choses évoluent

Rome ne s’est pas faite en un jour. Et notre transition vers un mode de vie plus souhaitable ne se fera pas non plus en un claquement de doigts ! Mais le problème, c’est que la situation est urgente. C’est maintenant qu’il faut agir, et vite, pour maintenir le réchauffement sous la barre de +1,5°C d’ici 2100. Le GIEC est sans appel : les États ne peuvent plus relâcher que 300 gigatonnes de CO2, soit environ 6 années au rythme actuel. Il va falloir lâcher l’accélérateur au plus vite !

Nous mettions un point final à cet article quand soudain (surgit face au vent) Bon Pote partage un remarquable outil, une expérience immersive : Le dîner (écolo) du siècle, à découvrir absolument si le sujet de cet article vous a plu !
diner écolo Bon Pote
Vous en voulez encore ?