8 conseils pour devenir un (bon) trappeur

un homme sur un chemin enneigée tient dans sa bouche son bâton de ski

Pour ma deuxième expédition dans le Vercors, je suis parti avec notre Captain Chilowé Damien – le Mike Horn du coin –  avec qui on a beaucoup ri et beaucoup appris. Je vous livre 8 apprentissages (pas tous utiles je vous le concède) de mes 3 jours sur les pas de David Croquette.

Qui a inventé la rosette ?

A chaque raclette ses spécimens : il y a celui qui épluche ses pommes de terre, celle qui retire la croûte du fromage et celui qui recommande des bouteilles de blanc plus vite que son ombre. Et puis il y a la question que tout le monde se pose mais à laquelle personne ne répond : pourquoi reste-il toujours de la rosette ?

Réponses :

  • Parce que tout le monde se rue sur le jambon blanc.
  • Parce que les gens pensent qu’il y en a peut-être qui aiment bien.
  • Parce qu’il faut bien qu’il reste un truc pour qu’on rachète du fromage, “pour finir les restes” et entamer le cycle dit de la “raclette infinie”.

La règle des 3 couches

Pour ne pas se geler en rando l’hiver, il faut connaître le principe des 3 couches ! Jamy et Fred ont démontré qu’avec 3 couches de vêtements bien choisies, on pouvait transpirer tout en restant au chaud :

  • Une première couche, dite respirante et qui n’absorbe pas l’humidité. Exemple : un tee-shirt en polyester (recyclé), laine mérinos ou Tencel.
  • Une deuxième couche, dite thermique, qui tient chaud mais évacue la transpiration. Exemple : une polaire, voire un pull en laine
  • Une troisième couche, qui protège du vent et de la pluie mais qui évacue la transpiration. Exemple : une veste de type Gore-tex.

PS : Saviez vous que le coton tue et que le soviet éponge ?

La grande ourse

La Grande Ourse – aussi appelé Ursa Major – est la constellation la plus reconnaissable grâce à sa forme de casserole. Pour faire passer la raclette du vendredi soir, nous sommes allés tester la marche en raquettes de nuit. Le ciel était dégagé, c’était sublime. Le guide a commencé à faire le malin en nous montrant Sirius, le Grand Chien, la constellation d’Orion, jusqu’à ce que Florian lui emboîte le pas. Merci l’application Starwalk ! Pendant ce temps-là, à quelques mètres de nous, Hugues emballait Constance en lui montrant la Grande Ours.

Survivre à la pluie

Quand on s’est levé le samedi matin, il neigeait comme vache qui pisse. On a réalisé que la neige se transformait en pluie et nos fesses ont commencé à faire bravo. Résultat : on a passé la journée trempés et voici les 3 trucs qui nous ont manqué :

  • Une cape de pluie
  • Des gants de cuisine ou de jardinage à mettre au dessus de gants normaux
  • Des sacs poubelle pour protéger ses affaires dans les sacs

La lune est menteuse

Quand la lune dit qu’elle croît, elle décroît et quand elle dit qu’elle décroît, elle croît. Alors pour savoir si la lune est en phase croissante – c’est à dire qu’elle va de la nouvelle lune au premier quartier – elle présente la forme d’un D, comme “Décroissante”.

Bien dormir dans la neige

La première technique, dite du renard, consiste à creuser un trou dans la neige, installer une couverture de survie, son sac de couchage et attendre que ça passe !

La seconde technique, dite de l’indien, consiste à monter un tipi pour s’y abriter. Si vous n’avez pas préalablement apporté le sus-nommé tipi dans votre pulka, retour à la technique n°1. Une fois le tipi monté, il faut rester en mouvement pour ne pas se refroidir ! Faire sécher ses affaires, couper du bois, faire la cuisine, allumer un feu, aller se balader… La plupart des gens vont se coucher quand ils sentent qu’ils commencent à avoir froid ! Erreur fatale, il faut toujours aller se coucher au moment où l’on est le plus chaud (voire la plus chaude).

Quelqu’un a vu les sardines ?! – ©Sweet Ice Cream

Quelques astuces pour bien dormir :

  • Déplier son sac de couchage le plus tôt possible. C’est l’air emprisonné dans le garnissage qui isole du froid.
  • S’isoler du sol. Sous le poids du corps, le sac de couchage est écrasé et il n’isole pas du froid. Faites un premier pont thermique (tapis de sol, couverture de survie…) sur lequel vous installerez votre matelas puis votre sac de couchage.
  • Se couvrir la tête. C’est par là que le corps se refroidit pendant la nuit.
  • S’habiller correctement. Ne pas se glisser directement dans son sac de couchage avec ses chaussures, son pantalon de ski et sa grosse doudoune, mais respecter les 2 premières couches : un sous-vêtement en synthétique et une polaire par exemple. Si vous êtes trop couverts, vous allez transpirer.
  • Avoir le courage d’aller faire pipi au milieu de la nuit. Le corps dépense pas mal d’énergie pour garder l’urine au chaud, alors qu’il pourrait réchauffer d’autres parties du corps !

À lire aussi 👉 Nos conseils pour bivouaquer quand il fait (très) froid

Loup ou Chien ?

Pour faire la différence entre les traces d’un loup et d’un chien, voici les trois seules connaissances importantes que je peux vous partager :

  • Il marche comme un mannequin : il ne laisse que deux traces au lieu de quatre.

  • Il va tout droit alors que le chien “vagabonde” de part et d’autre.

  • Les empreintes sont généralement ovales, le coussinet et les empreintes des griffes sont plus longs que chez le chien.

L’alcool réchauffe-t-il ?

Faux : l’alcool dilate les vaisseaux sanguins à la surface du corps, ce qui donne aux joues cette rougeur caractéristique des soirées bien arrosées. On a l’impression de se réchauffer alors que la dilatation libère de la chaleur. Résultat : l’alcool refroidit ! Mais la perte n’est pas énorme. On estime que la température du corps chute d’un demi degré par fraction de 50 g (5 verres de 10 cl de vin) d’alcool ingéré. Mais entre nous, boire un petit coup au coin du feu réchauffe !

C’est l’histoire d’un mec … – ©Sweet Ice Cream

Partir avec Chilowé

Vous en voulez encore ?